ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Sécurité, entretien, IT…

Ces collègues invisibles



shutterstock_757115797.jpg

Le recours à l’externalisation se justifie dans différents métiers, de l’expertise technique pointue aux opérations manuelles. (Photo: Shutterstock )

Ils sont tous les jours au bureau, mais vous ne les remarquez pas forcément. Eux, ce sont les agents de sécurité et d’entretien, le support IT, ou les personnes chargées de la conciergerie. Des fonctions essentielles au bon fonctionnement de l’entreprise et qui sont de plus en plus sous-traitées.

Toute entreprise doit assumer une série de tâches éloignées de son métier de base. Gestion des salaires, entretien des locaux, location éventuelle de voitures, informatique, sécurité… Ces fonctions connexes seront souvent sous-traitées, a fortiori dans une structure de taille réduite.

«Nous sommes une PME d’une trentaine de personnes, et notre compétence centrale est le développement de logiciels. Nous préférons nous concentrer là-dessus et déléguer la gestion RH, l’IT, ou encore le jardinage, à des prestataires extérieurs, résume Thierry Krombach, administrateur délégué de DSK Systems. Il n’y a d’ailleurs pas suffisamment de travail pour embaucher un collaborateur qui se consacrerait entièrement aux RH ou à l’IT, par exemple.»

Tous types de compétences

Si DSK Systems fait appel à des prestataires extérieurs, c’est aussi pour des raisons économiques. «Pour la gestion de l’IT, nous avons besoin de personnes qui disposent de compétences très pointues et qui coûtent relativement cher, poursuit Thierry Krombach. Si ces personnes sont engagées et se tournent les pouces à certains moments parce qu’il n’y a pas assez de travail, cela n’en vaut pas la peine.»  

Le recours à l’externalisation se justifie dans différents métiers, de l’expertise technique pointue aux opérations manuelles. Beaucoup de prestataires ont d’ailleurs construit leur succès autour de ces dernières. C’est le cas de Samsic Facility, l’un des leaders européens du secteur, qui compte pas moins de 550 salariés au Luxembourg, et dont le nettoyage industriel était la première compétence.

«Depuis 2011, nous nous diversifions pour offrir une pluralité de services, confirme Julien Dailland, country manager pour Samsic Facility au Luxembourg. Nous nous efforçons de répondre à toutes les demandes, quitte à sous-traiter les métiers que nous ne maîtrisons pas à des partenaires de confiance, tout en préservant le pilotage pour le compte de nos clients.»

Éviter les coûts cachés

Pour Julien Dailland, l’intérêt de sous-traiter ces tâches est certes économique, mais permet aussi d’avoir l’esprit plus tranquille. «Engager quelqu’un entraîne inévitablement des démarches complexes. La gestion de la paie, des remplacements ou des formations, en plus d’être coûteuse, peut devenir un vrai casse-tête administratif et managérial. Nous assurons pour nos clients le pilotage opérationnel global d’un ensemble de métiers.» 

Cette capacité à faciliter la vie des clients est ce qui fait pencher la balance pour un prestataire plutôt qu’un autre. Mais ce n’est pas tout. «Le fait d’avoir une relation personnalisée avec le prestataire est très important pour nous, estime en effet Thierry Krombach. Souvent, ceci est plus simple avec des sociétés de taille réduite. Le challenge pour ces entreprises, lorsqu’elles grandissent et deviennent des structures plus complexes, est de maintenir des relations clients très personnelles. Cela n’est pas toujours le cas.»