POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Réorganisation

Brexit: Citi mise sur Francfort



citilondon_francfort.jpg

Le siège européen pourrait rester à Londres mais Francfort deviendrait un élément incontournable des activités de Citigroup au sein du marché unique. (Photo: licence cc )

Le groupe américain serait sur le point de déménager son centre de gravité européen en trading et banque d’investissement vers Francfort.

Selon plusieurs médias, dont Bloomberg, la banque américaine Citigroup envisage sérieusement l’option de Francfort comme nouvelle base européenne pour ses activités de trading et de banque d’investissement, dans le contexte du Brexit.

Une décision qui pourrait être entérinée cette semaine par le conseil d’administration de la banque, selon une source citée par Bloomberg.

Sur place, la décision pourrait, selon nos confrères, signifier la création de 150 à 250 postes additionnels, sans savoir à ce stade s’ils seront neufs ou des transferts de Londres. Citigroup emploie déjà 350 personnes à Francfort. Mais le quartier général de la banque pour la zone européenne, le Moyen-Orient et l’Afrique devrait demeurer à Londres.

L’assurance pour le Luxembourg

Quelle place financière récoltera le plus de bénéfices du Brexit? Si Paris, avec l’appui du Premier ministre français Édouard Philippe, a relancé son offensive, nos voisins semblent distancés par Francfort. Le média chiffre à 2.850 le gain d’emplois dans le secteur bancaire pour la place financière allemande, contre 1.400 pour Paris et 150 pour Dublin.

Récemment, Pierre Gramegna estimait à des centaines le nombre d’emplois générés au Luxembourg par le Brexit. Un étiage proche de celui de Dublin.

Le gouvernement – ministre des Finances en tête - qui a opté pour une stratégie de collaboration maintenue avec la City dans le cadre de la sortie du Royaume-Uni de l’UE apparaît plutôt comme convaincant pour les structures d’assurances et de fonds.

On notera ainsi l’arrivée de 3i et d’Henderson dans les fonds, de même que l’intérêt de Blackstone et Carlyle de renforcer leurs structures.

Selon une étude de KPMG, le Luxembourg aurait réussi à attirer 21 structures, soit autant d'entreprises que l'Allemagne et l'Irlande réunies. Reste à mesurer les retombées concrètes pour la Place en matière de création d'emplois, de travail pour les fournisseurs de services...et de recettes pour l'État.

Quant aux assureurs, Liberty, RSA, CNA Hardy et FM Global, ils ont choisi le Grand-Duché comme nouveau pied-à-terre européen.