POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

En passant la frontière

Arlon aux couleurs de la musique



fishbach_credit_yann_morrisson.jpg

La jeune Fishbach fera l'ouverture du festival Les Aralunaires ce mercredi soir. (Photo: Yann Morrisson)

La neuvième édition du festival Les Aralunaires débute ce mercredi à Arlon. Une semaine de musique s’annonce dans des lieux aussi bien classiques qu’insolites.

Les Aralunaires, c’est un festival pas comme les autres par la diversité de sa programmation, mais aussi des lieux où se tient la belle brochette de 60 concerts et par l’implication des associations et commerces locaux. Du 3 au 7 mai, ce sont donc cinq jours de musique avec aussi bien de la pop, rock, folk, jazz, électro ou encore du hip-hop.

«C’est aussi un véritable coup de lumière sur le patrimoine d’Arlon et sur ses habitants», se réjouit Jean-Marie Triffaux, président des Aralunaires. Les concerts sont organisés dans des lieux aussi divers que la tour romaine, l'ancien palais de justice, l'église Saint-Donat, l'église du Sacré-Cœur, L'Entrepôt, mais aussi des commerces et des appartements privés. Beaucoup de nouveaux lieux sont au programme du parcours le samedi et le dimanche.

Le concert inaugural est celui de Fishbach, jeune chanteuse de Charleville à la voix androgyne, qui évolue entre rock, synthpop et variété. C’est une des artistes françaises de l’année, entre une version irradiée de Lio et l’autorité singulière d’une Catherine Ringer (Rita Mitsouko), le tout sur fond d’électro-pop sombre. (le 3 à 19h30 à Saint-Donat).

D’autres lui préféreront le post-rock inspiré d’Oiseaux-Tempête se confrontant pour cette création au sombre électronicien Mondkopf, au culte G.W. Sok (The Ex) et à des musiciens du Beyrouth Underground (Charbel Harber, Ali El Hout & Abed Kobeissy) pour des expérimentations aux confins du free jazz et de la musique traditionnelle libanaise (le 3 à 20h à L’Entrepôt).

Toujours à L’Entrepôt, en plus remuant, Inter Arma est LE groupe de métal le plus inventif et le plus excitant du moment, comme en atteste «Paradise Gallows», le dernier album des Américains, élu meilleur album dans sa catégorie par Stereogum en 2016. En exclusivité belge aux Aralunaires pour une soirée sludge/doom/black metal/post-hardcore avec Céleste (le 4 à 20h).

Ils seront en concurrence avec Frànçois & The Atlas Mountains qui a réussi la synthèse du rock anglais, de la pop française et de tous les métissages possibles, qui plus est magnifiquement rendus par un vrai groupe de scène. Il sera précédé par les très prometteurs Rive et Weathers (le 4 à 20h au palais).

L’international sombre du rock a rendez-vous à Arlon, avec en tête de proue les Anglais d’Autobahn (qui ne sont pas Allemands comme le nom le laisse croire) et leur post-punk sauvage et acéré. Ajoutez-y une cold wave cristalline venant des contrées russes (Human Tetris), du post-punk chinois (Fazi) et saupoudrez le tout d’électronique (Billions of Comrades) pour une recette inimitable (le 5 à 20h à L’Entrepôt)

Ensuite, Sascha Funke, la légende de la techno minimale de Berlin et associé à deux labels prestigieux (Kompakt et Bpitch Control), nous fera danser pendant deux heures! Cette soirée de prestige proposera en outre le live exclusif de l’excellent DC Salas et les bidouillages analogiques d’Osica (le 5 à 21h30 au palais).

Roméo Elvis & Le Motel forment le duo phénomène du rap noir-jaune-rouge, polymorphe et talentueux. Il va sans nul doute mettre le feu à L’Entrepôt et pourra compter sur les ketjes de l’Or du Commun pour souffler sur les braises. Cette fois, c’est sûr, Bruxelles arrive. (le 6 à 20h à L’Entrepôt).

Quand la pop se chante en français et se fait classieuse… À la croisée de la house music et de la variété, Paradis s’est construit un univers onirique et attachant. Côté belge, c’est La Plage qui s’y attellera, tandis qu’Insecte (groupe français basé à Bruxelles) sera le trait d’union de cette soirée transfrontalière ultra-vitaminée (le 6 à 20h au palais).

Pour le dernier soir, on fera une plongée dans les années 60 avec André Brasseur, 77 ans, et son mythique orgue Hammond. Il fait danser sur une série de tubes au groove imparable, faisant de lui un artiste culte dans le monde entier. Il est de retour sur le devant de la scène, accompagné d’un groupe explosif pour faire danser toutes les générations (le 7 à 20h à L’Entrepôt).