PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Enquête

7.000 milliards USD déjà investis dans les ETF



lhoest_kempeneer.jpg

Bernard Lhoest et Pierre Kempeneer voient de la croissance pour les ETF en Chine et via le marché retail. (Photo: EY)

Les ETF prennent de plus en plus de place parmi les produits d’investissement. Selon l’étude annuelle menée par EY et dévoilée en avant-première pour Paperjam, ils devraient continuer à croître en Europe au cours des prochaines années. La Chine est dans la ligne de mire.

Les ETF ou «exchange traded funds» restent très populaires auprès des investisseurs. Ces outils d’investissement qui fonctionnent comme des fonds et reproduisent des indices boursiers ont connu une croissance de 40% en Europe – 20% aux États-Unis – en 2017 pour atteindre 7.000 milliards de dollars d’actifs sous gestion au niveau mondial.

Or, selon l’enquête annuelle menée par EY, dont Paperjam a pu prendre connaissance en primeur, cette progression va se poursuivre. «Nous avons interrogé 80 acteurs en Europe, qui ont lancé ou entendent lancer un ETF», explique Pierre Kempeneer, senior manager chez EY Luxembourg. «92% des répondants envisagent une progression des actifs sous gestion entre 11% et 20% au cours des 12 prochains mois.»

De nouveaux acteurs pourraient entrer sur le marché, comme des divisions Asset management de grandes banques ou des gestionnaires actifs de fonds... alors que les ETF sont majoritairement des produits à gestion passive (sans intervention de l’asset manager).

Simple, liquide et pas cher

Comment s’explique le succès de ce produit lancé il y a une vingtaine d’années aux États-Unis et proposé au Luxembourg depuis 2003? «Ce sont des produits plus standardisés et plus simples dans leur gestion, donc moins coûteux à l’investisseur. Ils sont cotés en bourse et permettent donc d’en sortir à tout moment de par leur forte liquidité. Enfin, ils sont faciles à comprendre pour un investisseur lambda dans la mesure où l’investisseur peut acquérir une exposition à un indice par l’investissement dans un seul titre», explique Bernard Lhoest, banking and capital markets leader chez EY Luxembourg.

La dernière enquête en date montre aussi que le marché croit toujours à des progressions importantes, notamment parce que les ETF pourraient rapidement conquérir le marché chinois. 97% des personnes interrogées pensent que le marché des ETF en Chine sera supérieur à 100 milliards USD dans les cinq ans, alors que deux tiers voient cette étape franchie endéans les trois ans.

Vu ses bonnes relations avec le marché chinois, le Luxembourg pourrait jouer un grand rôle sur ce nouveau marché.

Pierre Kempeneer, senior manager chez EY Luxembourg

«Vu ses bonnes relations avec le marché chinois, le Luxembourg pourrait jouer un grand rôle sur ce nouveau marché», analyse Pierre Kempeneer.

Les ETF représentent actuellement entre 5% et 6% des actifs sous gestion au Luxembourg, ce qui en fait le deuxième marché européen après Dublin, où le gestionnaire de fonds américain Blackrock a placé tous ses ETF européens.

Mais il reste d’autres marchés à conquérir, notamment celui du retail. «En Europe, 80% des investisseurs dans les ETF sont des institutionnels», précise Bernard Lhoest. «Aux USA, ils sont à l’équilibre entre les institutionnels et les investisseurs retail.»

L’évolution devrait venir grâce à l’apport technologique. «Les asset managers que nous avons contactés investissent tous dans des plates-formes électroniques qui leur permettront de se connecter à des banques ou des investisseurs retail online», pointent encore les spécialistes d’EY.