LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Art contemporain

La mobilité en question dans la Galerie Indépendance



L’exposition «Im-Mobility» est présentée dans la Galerie Indépendance de la BIL. (Photo: BIL)

L’exposition «Im-Mobility» est présentée dans la Galerie Indépendance de la BIL. (Photo: BIL)

La BIL organise, dans la Galerie Indépendance, l’exposition «Im-Mobility», une proposition curatée par Séverine Zimmer et qui interroge le thème de la mobilité à travers un accrochage pluridisciplinaire.

La Bil présente régulièrement des expositions sur les cimaises de sa Galerie Indépendance, située dans le hall d’accueil de la banque. Mais jusqu’à présent, on avait plus l’habitude de voir des peintres luxembourgeois qu’une exposition pluridisciplinaire thématique, mêlant travaux artistiques et recherche d’entreprises innovantes.

Cette nouvelle approche est due au travail de Séverine Zimmer, à qui la banque a demandé de réfléchir à une évolution de cet espace pour le faire vivre autrement. «L’idée est de s’appuyer sur deux des quatre piliers de la RSE de la banque, à savoir l’innovation et l’art & la culture, tout en abordant les thèmes de manière transversale», explique Séverine Zimmer. «Après les derniers mois que nous avons vécus, le thème de la mobilité est apparu comme important», explique-t-elle. «Aussi, j’ai sélectionné à la fois des œuvres qui traitent de ce thème, mais aussi des œuvres réalisées pendant la période du confinement. En plus de cela, j’ai sélectionné quelques œuvres de la collection de la BIL et ai demandé à certaines entreprises de montrer l’objet de leur recherche innovante.»

Le pilier innovation est en effet important dans l’identité de la banque puisque la BIL soutient de nombreuses start-up. «Il ne faut pas oublier non plus que le Luxembourg est une start-up nation, mais que le grand public a finalement peu accès à ces innovations. Tout comme l’art, c’est aussi un milieu relativement réservé à un cercle d’initiés», souligne Séverine Zimmer

La mobilité sous plusieurs angles

La question de la mobilité n’est pas uniquement lue sous le regard du simple déplacement. La question est abordée selon différents angles et la thématique est décortiquée de manière plus complexe. Parmi les œuvres sélectionnées, on trouve aussi bien des œuvres très récentes que d’autres réalisées il y a déjà plusieurs années.

C’est ainsi que l’on redécouvre avec plaisir la vidéo «Il était un petit navire» de Trixi Weis, qui tente de naviguer tant bien que mal avec une réplique géante de bateau en papier sur l’Alzette ou encore les «Mondes nomades» de Marco Godinho, des cartes du monde découpées selon les fuseaux horaires et dont l’accrochage spécifique leur confère un mouvement inattendu.

D’autres œuvres ont été réalisées ces derniers mois, comme la série photographique de Mike Zenari autour des aires de jeux ou espaces publics «empêchés» par des bandeaux de sécurité, la commande passée par le CNA à Patrick Galbats pendant le lockdown, ou encore les collages d’Hisae Ikenaga réalisés à partir de magazines qu’elle avait à la maison. La question du local est aussi abordée de diverses manières, comme avec les sculptures «Mullerthal Traces» de Franck Miltgen, moulages de parois rocheuses de cette région du Luxembourg qui a connu un grand succès pendant les périodes où les déplacements étaient restreints. Hisae Ikenaga, elle, a choisi une tout autre approche en détournant des meubles Ikea qui sont directement achetés par le propriétaire de l’œuvre dans le magasin le plus proche de chez lui et qui monte la sculpture selon un mode d’emploi à la manière d’Ikea, mais détourné par l’artiste.

L’innovation comme complément

À côté de cet accrochage d’œuvres d’art, se trouvent des présentations d’innovations technologiques en lien avec la mobilité. Le département Design de Goodyear présente un pneu révolutionnaire, qui est capable de se régénérer grâce à l’ajout régulier de matière encapsulée. «Ce pneu répond entièrement aux principes de l’économie circulaire puisqu’il devient inusable. Lorsque la surface s’érode, on injecte de la matière biosourcée et dont la composition est personnalisée en fonction des habitudes de conduite de l’utilisateur, pour que les reliefs du pneu se reconstituent», explique Sébastien Fontaine, designer industriel chez Goodyear.

Autre innovation: un véhicule dont le moteur fonctionne à l’air comprimé. Développé par MDI, l’AirPod est une petite voiture citadine et non polluante, dont le prototype 2.0 aura une autonomie montant jusqu’à 400km.

Du 17 septembre au 14 janvier, Galerie Indépendance, Banque Internationale à Luxembourg, 69, route d’Esch à Luxembourg, du lundi au vendredi de 8h à 18h. Un programme de conférence complète l’exposition.