ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

L’espace pro

LuxPropTech, nouvelle association pour le secteur



289816.png

Laurent Rouach est le cofondateur de LuxPropTech. (Photo: Laurent Rouach)

Depuis quelques jours, une nouvelle association dédiée aux proptech (property technologies) a vu le jour au Luxembourg. Initiée par Laurent Rouach, LuxPropTech permet de faire le lien entre le secteur de l’immobilier et les start-up innovatrices au Luxembourg. Un de ses cofondateurs nous en dit plus.

Pourquoi avoir créé l’association LuxPropTech?

Laurent Rouach. – «Depuis environ deux ans, je suis très impliqué dans le monde des start-up en lien avec le secteur de l’immobilier à travers mon entreprise Eliacin, qui investit elle-même ou soutient des start-up à Luxembourg, Paris, Bruxelles et Metz.

J’ai donc eu l’occasion de participer à plusieurs événements professionnels de ce secteur et la chance de rencontrer beaucoup de monde. Et le constat était assez évident: il manque une jonction entre le monde des start-up qui sont à la recherche de financement pour leur développement et les investisseurs et acteurs du secteur de l’immobilier qui doivent encore largement progresser dans leur transition numérique.

L’industrie de l’immobilier, quoique très importante, puisque son patrimoine mondial est à un montant évalué entre 220 et 230 trillions de dollars, est une industrie qui n’est encore que faiblement digitalisée et est en retard en matière d’innovation. Il faut aussi constater que le marché européen est fragmenté, qu’il n’y a que très peu de venture capital propre à la proptech, à fortiori paneuropéen.

L’idée est donc que l’Europe, qui est une terre de levée de fonds pour les start-up, parvienne à trouver la place qu’elle mérite d’avoir dans ce système et voie naître sur son territoire des licornes.
Laurent Rouach

Laurent Rouach,  cofondateur,  LuxPropTech

Dès qu’il y a de grosses levées de fonds dans ce domaine, ce sont les Américains qui se positionnent. L’idée est donc que l’Europe, qui est une terre de levée de fonds pour les start-up, parvienne à trouver la place qu’elle mérite d’avoir dans ce système et voie naître sur son territoire des licornes. Des associations de ce type existent déjà dans 23 pays européens, mais pas encore au Luxembourg. C’est pour cela que nous avons créé  LuxPropTech .

Quels sont les segments sur lesquels les proptech interviennent?

«PropTech House, l’alliance européenne, a identifié cinq segments: le financement, dont les nouveaux modes de financement (blockchain, crowdfunding); la conception et la construction; la transaction et la commercialisation des biens; la gestion des actifs; et enfin les besoins liés à l’utilisateur final. Pour tous ces secteurs, un immense bond technologique peut être réalisé.

Le secteur de l’immobilier est un secteur très important au Luxembourg: il emploie environ 10% de la population active, et une quinzaine d’entreprises ont plus de 300 employés. L’utilisation des nouvelles technologies dans ce secteur a tout à fait sa place.

À quoi va servir cette association?

«LuxPropTech a vocation à assumer différents rôles. Elle va permettre d’être à l’écoute du marché et de voir les tendances qui se développent localement et globalement. Avec l’appui de l’association, les proptech pourront se développer en répondant directement aux besoins, voire entrer en co-création, ce qui est une tendance de fond désormais.

LuxPropTech a le souhait d’appuyer la mise en place d’un écosystème dédié qui permette de fédérer les énergies présentes sur notre territoire.
Laurent Rouach

Laurent Rouach,  cofondateur,  LuxPropTech

LuxPropTech doit permettre d’associer les développeurs, promoteurs, constructeurs qui n’ont pas de R&D en interne aux petites structures qui développent de nouvelles solutions dédiées à leur métier ou à leur marché. On a ainsi d’un côté de la table les proptech luxembourgeoises, voire internationales, que nous inviterons au travers de l’alliance européenne, et de l’autre, les entreprises grand-ducales de l’immobilier, potentiels utilisateurs et/ou financeurs.

L’association stimulera rencontres et innovation par des événements de networking, les petits-déjeuners de la proptech, ou encore des cérémonies de remise de prix à l’échelle européenne. Ce type d’event autorisera des start-up/scale-up grand-ducales de se confronter à leurs pairs européens, sous les yeux d’investisseurs ou clients internationaux et, pourquoi pas, de se distinguer lors des finales au Mipim Proptech à Paris.

LuxPropTech a le souhait d’appuyer la mise en place d’un écosystème dédié qui permette de fédérer les énergies présentes sur notre territoire, comme les fonds d’investissement, les family offices intéressés par la technologie, les accélérateurs ou incubateurs de start-up et les jeunes pousses.

Cette association s’inscrit-elle dans un cadre plus large, au niveau européen?

«Oui, tout à fait. Il existe déjà 23 associations de ce type dans d’autres pays en Europe. 13 sont déjà regroupées dans un réseau européen dénommé  PropTech House , réseau dont nous sommes membres et qui a pour ambition de consolider le marché européen de la proptech. Le marché européen est très fragmenté, et nous ne pouvons rivaliser avec les États-Unis ou la Chine que si nous unissons nos forces pour permettre l’émergence de la première licorne proptech.

J’ai recensé pour le moment une quarantaine de proptech, mais j’en découvre encore régulièrement.
Laurent Rouach

Laurent Rouach,  cofondateur,  LuxPropTech

C’est dans ce cadre que nous proposons à des sociétés luxembourgeoises de participer aux Proptech Startup & Scale-up Europe Awards 2019, qui sont soutenus par la Commission européenne, le président du Parlement européen et Finnova Foundation. Les appels à candidatures sont lancés dès à présent. 50 candidats vont être retenus pour participer à la demi-finale à Bruxelles, début mai. Puis, 10 vont être retenues pour participer à la finale à Paris au moment du Mipim Proptech à l’automne 2020, devant un parterre d’investisseurs et de ‘consommateurs’ de leurs solutions.

Qui sont les adhérents potentiels à l’association?

«J’ai recensé pour le moment une quarantaine de proptech, mais j’en découvre encore régulièrement. 24 adhèrent déjà à l’association. Comme le marché de la vente est très dynamique au Luxembourg, c’est surtout dans ce secteur que sont développées ces start-up. Par ailleurs, il y a bien évidemment toutes les entreprises du secteur de l’immobilier et les investisseurs professionnels, ou encore les incubateurs, les différentes associations en lien avec ces thématiques…

Disposez-vous de moyens pour soutenir ces sociétés?

«Bien entendu, des investisseurs ‘purs’ rejoignent l’association, et les acteurs de l’immobilier sont également un peu là pour cela. Par ailleurs, un fonds de venture capital proptech devrait se monter à Luxembourg (le processus est en cours) et devrait assurer des moyens financiers pour pouvoir accompagner les firmes prometteuses. Celui-ci bénéficierait du programme européen Escalar (European Scale-Up Action for Risk Capital) en garantie ou en match funding. Tout cela se met en place.»