LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Mobilité

240km entre la france et la suisse

Léman Express, le réseau qui fera rêver nos frontaliers



295200.jpg

Les premiers trains du plus grand réseau RER transfrontalier européen ont commencé à s’élancer dimanche… malgré la grève en France. (Photo: Lémanis)

La grève interprofessionnelle en France a perturbé le lancement du plus grand RER transfrontalier d’Europe, ce dimanche, entre la France et la Suisse. Ses 230km mettent 80% de la population et 86% des emplois à 1,5 kilomètre d’une gare. Le tout en six fois moins de temps.

Alors que la grève interprofessionnelle menace d’être très compliquée, ce mardi, pour son 13e jour, en France, elle a failli plomber le lancement du plus grand RER transfrontalier d’Europe, ce dimanche, entre la France et la Suisse: seuls deux des six trains prévus ont pu s’élancer, avant six heures du matin. 

«Après huit ans de travaux sur le tronçon Ceva (Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse), ce nouveau réseau ferroviaire est désormais une réalité. Ses 240 trains quotidiens relient 45 gares et 230km de lignes de part et d’autre de la frontière», note, Lémanis, la société créée conjointement par les réseaux ferrés des deux côtés de la frontière en 2017 pour exploiter ce RER.

Les temps de parcours dans l’agglomération sont fortement réduits: le trajet Genève – Annemasse, par exemple ne prend que 22 minutes, contre plus de 50 minutes auparavant.

Au centre du réseau, sur la ligne Genève – Annemasse, les clients disposent de six trains par heure et par sens, de 5h30 à minuit. Ce tronçon de ligne compte quatre nouvelles gares souterraines (Lancy – Bachet, Genève – Champel, Genève – Eaux-Vives, Chêne – Bourg) et les gares d’Annemasse et de Lancy-Pont-Rouge ont été entièrement rénovées.

Le Léman Express aura coûté près de 2 milliards d’euros, financés, côté suisse, par des fonds fédéraux et cantonaux (genevois) et, côté français, par des investissements des différentes collectivités territoriales, avec le soutien de l’Union européenne. Les CFF et la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont investi 460 millions d’euros dans ces 40 trains.

Le projet a été lancé en 2001.