PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Enquête Schroders

Les investisseurs ne tiennent plus en place



255445.jpg

Les plus jeunes investisseurs n’hésitent pas à modifier rapidement leur portefeuille d’investissement. (Photo: Shutterstock)

La volatilité subie sur les marchés à la fin de l’année 2018 a eu des effets importants sur le comportement des investisseurs. 70% d’entre eux ont modifié leur portefeuille. Ils investissent aussi de plus en plus à court terme.

Les investisseurs restent nerveux. Selon l’enquête Schroders Global Investor 2019, la majorité des personnes interrogées ont modifié leur portefeuille d’investissement au cours du dernier trimestre de 2018, pour cause de trop grande volatilité.

L’enquête a été menée en avril auprès de 25.700 personnes dans 32 pays. Elle montre que 70% des investisseurs ont modifié leur profil. 37% se sont orientés vers des investissements moins risqués alors que 31% ont choisi de se mettre plus en danger.

Les millennials sont les plus enclins à prendre des risques afin d’atteindre leurs objectifs. 53% d’entre eux estiment en effet que la plus grande erreur serait de vouloir éviter les risques.

De manière générale, les personnes interrogées ne misent plus sur le long terme, comme le recommandent les bonnes pratiques de l’investisseur. La durée moyenne de détention des investissements n’est, selon la dernière enquête, que de 2,6 ans.

Des exigences démesurées

La jeune génération a particulièrement la bougeotte. Elle ne conserve les actifs en moyenne que 1,9 an, alors que les investisseurs plus âgés les gardent 3,7 ans.

Selon la société Schroders, ce comportement de court terme vient des exigences de performance actuelles. Les investisseurs interrogés espèrent une performance annuelle moyenne de 10,7% contre 9,9% l’an dernier. Une personne sur six avance même des perspectives de 20% par an.

À ce niveau, les Américains se montrent les plus gourmands. Ils espèrent un retour de 12,4% par an contre 9% pour les Européens. Or, rappelle Schroders, la performance moyenne du S&P 500 depuis son lancement, en 1957, est de moins de 8%.

Aujourd’hui, 10% des personnes interrogées disent cependant regretter de ne pas avoir conservé leurs investissements plus longtemps.