COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Mike Koedinger  –  Founder & Chairman de Maison Moderne

«L’influence est d’abord liée à son propre parcours et à son mérite»



«Une personne influente est donc une personne que l’on écoute dans le présent et que l’on considère pour le futur», souligne Mike Koedinger, founder & chairman de Maison Moderne, co-initiateur du Paperjam Top 100 et animateur du jury. (Photo: Maison Moderne/Archives)

«Une personne influente est donc une personne que l’on écoute dans le présent et que l’on considère pour le futur», souligne Mike Koedinger, founder & chairman de Maison Moderne, co-initiateur du Paperjam Top 100 et animateur du jury. (Photo: Maison Moderne/Archives)

En amont de la cérémonie du Paperjam Top 100, qui se déroulera le mercredi 16 décembre à partir de 19h, Mike Koedinger (founder et chairman de Maison Moderne) partage sa définition de l’influence et souligne l’évolution des profils révélés depuis 15 ans.

Quelle est votre définition d’une personnalité «influente»?

Mike Koedinger . – «Lorsque nous avons imaginé le «classement des 100 décideurs économiques les plus influents» début 2006, avec le conseiller économique Carlo Schneider, nous avons décidé de favoriser le critère de ‘l’influence’ plutôt que celui de la ‘fortune’. Certes, les deux ont comme point commun de pouvoir se perdre du jour au lendemain, mais l’influence a ceci de plus intéressant qu’elle est d’abord liée à son propre parcours et à son propre mérite, alors que les grandes fortunes se développent souvent sur base d’héritages. Une personne influente est donc une personne que l’on écoute dans le présent et que l’on considère pour le futur.

 L’influence impose-t-elle des devoirs particuliers à celles et ceux qui en sont doté(e)s?

«Une influence qui n’est pas seulement déployée pour ses propres intérêts, mais aussi pour contribuer à améliorer la société et faire avancer des causes est généralement accueillie avec gratitude et respect. C’est le propre de beaucoup de personnes influentes de contribuer à la société, alors est-ce un devoir? Je ne sais pas, mais c’est certainement une attente des citoyens aujourd’hui.

En 15 années d’existence du Paperjam Top 100, constatez-vous une évolution des profils présents dans ce classement?

«C’est la 8e édition du Paperjam Top 100, et c’est la huitième fois que j’anime les sessions du jury. Alors, oui, les profils ont évolué, tout comme le Luxembourg. Lors du premier classement, en 2006, se trouvait à la deuxième place un monsieur âgé de 55 ans que pourtant peu de monde connaissait au Luxembourg encore au début de cette même année… alors que quelques mois plus tard, il allait réussir son OPA sur Arcelor. Ce qui a aussi changé, c’est la composition du jury.

En 2006, le jury était composé de quatre messieurs luxembourgeois, tous munis d’une grande expérience – dont un ancien Premier ministre luxembourgeois et ancien président de la Commission européenne. En 2020, le jury reflète le Luxembourg d’aujourd’hui. Il est devenu plus cosmopolite, plus jeune et aussi plus féminin. Sur ses sept membres, on retrouve quatre femmes, dont la présidente du jury. Ce n’est pas le moment de révéler les résultats, mais, croyez-moi, il y aura de belles surprises. C’est une édition qui reflète bien le ‘Zeitgeist’.»

La cérémonie du Paperjam Top 100 aura lieu ce mercredi 16 décembre à partir de 19h depuis l’auditorium de PwC.

Pour la suivre:

- si vous êtes un CEO membre du Paperjam Club, vous pourrez profiter d’une plateforme exclusive pour rencontrer les lauréats et échanger avec vos pairs. Les inscriptions se font ici.

- une retransmission en streaming  sera assurée sur le site internet paperjam.lu  et accessible à tous.

Plus de 1.000 personnes sont attendues en ligne pour ce qui sera la soirée incontournable de cette fin d’année.

Le classement du Top 100 et les biographies des lauréats seront publiés dans le magazine Paperjam, disponible en kiosque à partir du jeudi 17 décembre.