BRAND VOICE — ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

EXPERT’ESTATE

Infinity, un ensemble immobilier aux multiples facettes



L’ensemble Infinity Crédit: Infinity

L’ensemble Infinity Crédit: Infinity

Il n’est pas rare aujourd’hui d’assister à la création d’importants complexes immobiliers mêlant logement, office et retail sur un même site. Ces projets mixtes nécessitent une gestion d’actifs, de bureaux et de surfaces commerciales adaptée. Philippe Pregnon (Head of Asset Services chez Cushman & Wakefield), Virginie Chambon (Partner, Head of Retail Agency) et Sébastien Bequet (Country Head) abordent le cas d’Infinity.

Pour un projet comme celui-ci, quel rôle occupe le property manager?

Philippe Pregnon: Nous assurons le property management d’Infinity, et en particulier des parties Office et Retail. La spécificité du projet au niveau de la gestion est que nous sommes face à différents immeubles avec diverses familles d’occupants: les locataires des espaces de bureaux, mais aussi 22 cellules commerciales destinées principalement aux services et à la restauration.

Dans ce domaine, quels sont les principaux défis à gérer?

PP: La localisation d’Infinity est idéale, en plein centre du quartier européen et à proximité d’une station de tram. Nous avons également des occupants et commerçants motivés par ce projet. Le plus grand des défis, et le problème que nous rencontrons, est lié à la crise sanitaire. En effet, Infinity a ouvert ses portes le 12 décembre 2019, et les premières mesures sont apparues au mois de mars. C’est donc un projet qui a subi de plein fouet la crise.

La localisation d’Infinity est idéale, en plein centre du quartier européen et à proximité d’une station de tram.
Philippe Pregnon

Philippe Pregnon,  Head of Asset Services,  Cushman & Wakefield

Infinity dispose également d’un complexe commercial. Quelle est sa valeur ajoutée?

Virginie Chambon: Il permet aux occupants du site, tant des bureaux que des logements (qui seront livrés au premier trimestre 2021), d’avoir tout à proximité et de pouvoir faire une majorité de leurs achats sur place. L’idée était d’amener des services de première nécessité et des facilités (nourriture, salon de coiffure, opticien, magasin de sport, etc.), mais ce site s’adresse également à tous ceux qui se trouvent dans un rayon proche ou au Kirchberg. Grâce au tram, ils profitent de transports gratuits pour se rendre au complexe en quelques minutes. Infinity Shopping continue d’attirer également des retailers. Nous avons en effet trois locations en cours, dont Persian FoodBox, une enseigne de restauration perse qui a compris le potentiel de s’installer là. Aujourd’hui, Infinity propose une des offres de restauration les plus diversifiées sur un même site, ce qui était une volonté du propriétaire. 

PP: Un autre de ses avantages concerne ses esplanades et terrasses très volumineuses, ensoleillées et prisées permettant d’organiser des événements en extérieur comme des concerts.

Aujourd’hui, Infinity propose une des offres de restauration les plus diversifiées sur un même site, ce qui était une volonté du propriétaire. 
Virginie Chambon

Virginie Chambon,  Partner, Head of Retail Agency,  Cushman & Wakefield 

Dans le contexte de crise sanitaire, quels sont les challenges auxquels font face les retailers?

VC: Le premier est le manque de flux, non pas lié à l’attractivité du complexe commercial mais au télétravail. La zone de chalandise primaire (les personnes ayant accès en moins de 10 minutes), premiers consommateurs sur lesquels nous comptons, ne sont hélas pas tous présents. Le second concerne les logements qui n’ont pas encore été livrés. Heureusement, la majorité des cellules fonctionnent correctement, principalement celles du Food et Beverage. Une partie des consommateurs se rendent jusqu’au site en tram afin de se restaurer. Nous comptons également sur ceux qui utilisent la voiture et qui ont la possibilité de se garer au parking place de l’Europe. La visibilité du complexe a d’ailleurs été améliorée grâce à la signalétique, mais également grâce au site infinity-shopping-Luxembourg.lu qui informe les visiteurs des événements prévus.

L’entreprise Allen & Overy a pris possession de l’ensemble des bureaux du complexe. Une volonté dès la conception du projet?

PP: Le cabinet d’avocats se trouvait depuis 2007 sur le site K2 au boulevard Kennedy. Avec Infinity, ils ont saisi l’occasion d’occuper un immeuble office avec une localisation exceptionnelle et fait sur mesure, avec des facilités qu’ils ne pouvaient avoir ailleurs: auditorium, salle de sport ou restaurant panoramique. Ils se sont donc positionnés pour être locataires de la Tour de bureaux toute entière.

En espérant que l’horizon se dégage pour le second trimestre 2021, nous devrions pouvoir observer l’implémentation de décisions stratégiques plus long terme et voir plus clair sur les tendances qui vont dessiner le marché du bureau de demain.
Sébastien Bequet

Sébastien Bequet,  Country Head,  Cushman & Wakefield

Quelles tendances observez-vous aujourd’hui sur le marché office à Luxembourg? Ont-elles changé?

Sébastien Bequet: Dans son ensemble au niveau du marché des bureaux, le Luxembourg traverse relativement bien la crise sanitaire actuelle. La prise en location de surfaces de bureaux devrait être légèrement inférieure aux années antérieures, mais bien meilleure que ce que nous anticipions au mois de mars-avril. Alors que, depuis l’été, on observe des changements de tendances clairs vers de nouveaux écosystèmes de travail dans d’autres pays, ce n’est pas aussi clair pour le Luxembourg. Il va de soi que chaque secteur d’activité aborde le sujet de manière très différente, mais dans son ensemble, les contraintes fiscales (pour les travailleurs frontaliers par exemple) et de régulation ne permettront jamais aux employeurs luxembourgeois de pousser l’exercice du télétravail autant en profondeur par rapport à ce qui se fait dans les pays limitrophes par exemple. Il va s’en dire que ceci est positif non seulement pour le marché du bureau luxembourgeois, mais également pour toute l’économie qui gravite autour de ce marché du bureau (l’Horeca par exemple).

2020 aura été l’année des décisions court terme en matière immobilière car beaucoup de sociétés ont navigué à vue. En espérant que l’horizon se dégage pour le second trimestre 2021, nous devrions pouvoir observer l’implémentation de décisions stratégiques plus long terme et voir plus clair sur les tendances qui vont dessiner le marché du bureau de demain.

Envie d’en savoir plus sur les différents projets gérés par Cushman & Wakefield? Prenez contact avec l’un de nos experts sur http://www.cushmanwakefield.lu/fr-fr .