LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Carrière

 Les métiers insolites (1/10)

L’homme qui mesure la gravité



Olivier Francis, photographié sur le campus de l’Université du Luxembourg à Belval. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Olivier Francis, photographié sur le campus de l’Université du Luxembourg à Belval. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

«La beauté partout.» Le professeur Olivier Francis, de l’Université du Luxembourg, voyage très loin pour mesurer la gravité. Mais aucun endroit ne l’a plus impressionné que l’Antarctique.

«Le matin du 26 octobre […], nous avons tous ressenti un frisson d’excitation à la vue d’une chaîne de montagnes vaste, haute et enneigée qui s’ouvrait et couvrait tout le panorama devant nous. Nous avions enfin rencontré un avant-poste du grand continent inconnu et de son monde cryptique de mort gelée.»

«C’est un fait malheureux que des hommes relativement obscurs comme moi et mes associés, liés seulement à une petite université, ont peu de chance de faire une impression quand il s’agit de sujets d’une nature sauvagement bizarre ou hautement controversée.»

Je trouve que c’est une façon appropriée, bien que grandiose, de présenter le Dr Francis et ses expériences. Basé à Belval, le professeur a fait le tour du monde pour son travail, de Yellowstone au Groenland en passant par l’Arabie saoudite, mais surtout en Antarctique, où il s’est rendu plusieurs fois pour des séjours de deux ou trois semaines.

Il n’a pas découvert les ruines terrifiantes d’une cité extraterrestre, comme l’a fait le narrateur de Lovecraft, mais ses excursions font néanmoins écho au récit fictif. «Vous ne revenez pas de là-bas sans avoir été touché et changé pour la vie», m’a-t-il dit.

«Toutes vos relations avec les gens sont chamboulées [en Antarctique]», a ajouté le Dr Francis. (Photo: Olivier Francis)

«Toutes vos relations avec les gens sont chamboulées [en Antarctique]», a ajouté le Dr Francis. (Photo: Olivier Francis)

«Quand vous arrivez, la première chose – bien sûr – c’est le froid. Mais vous le saviez déjà. Mais ensuite, c’est la lumière. La luminosité est incroyable. Vous devez immédiatement mettre des lunettes, vous ne pouvez pas voir, c’est juste… Et puis vous découvrez que vous avez perdu votre odorat. Parce que quand il fait froid, vous ne sentez pas.»

Mais peut-être que la description la plus sinistre de l’endroit est simplement le commentaire du Dr Francis selon lequel, lorsque vous revenez, vous avez changé. «Vous oubliez vos codes PIN. Vous ne répondez pas au téléphone quand vous revenez. Vous commencez à être vraiment déconnecté du monde.» Il y a des mariages, ajoute-t-il, qui se terminent après le retour d’une personne de l’extrémité sud de la planète.

Mais de l’autre côté de la médaille, «on se fait des amis pour la vie».

Les recherches du Dr Francis se déroulent à la station Princess Elisabeth Antarctica, un avant-poste connu sous le nom de «station belge». On s’y rend en sautant sur la glace depuis un Douglas DC-3, un avion à hélice de la Seconde Guerre mondiale. Je n’ai pu m’empêcher de remarquer que le narrateur de Lovecraft, dont l’existence remonte aux années 1930, vole dans des avions Dornier à deux hélices très similaires.

Le DC-3 décolle et atterrit directement sur la glace.      (Photo: Olivier Francis)

Le DC-3 décolle et atterrit directement sur la glace. (Photo: Olivier Francis)

Écouter la gravité

Sur un plan plus théorique, tout est question de gravité. Le Luxembourg, m’a-t-il dit – avec une certaine dose de gaieté savante – se soulève et s’abaisse de 80 centimètres deux fois par jour en raison des forces d’attraction de la lune et du soleil. De tels changements, ou la «déformation» de la Terre, affectent toutes sortes de mesures. «Si vous avez un avion et que vous voulez atterrir sur Terre», a souligné le Dr Francis, «vous devez tenir compte du fait que la croûte terrestre bouge.»

La Terre est élastique, a-t-il expliqué. Et les corps célestes ne sont pas les seuls à affecter la surface: la calotte glaciaire du Groenland est si lourde qu’avec le temps, elle pousse la croûte terrestre vers le bas. En conséquence, les environs de la calotte glaciaire s’élèvent en altitude. C’est comme compresser du mastic en forme de bol. Après la fonte de la glace, cependant, le sol se remettra en place. («Snap» sur une échelle de temps géologique.)

Stockholm, par exemple, est en train de se remettre en place: elle s’élève de 70 centimètres par siècle parce que le glacier qui la surplombait de cinq kilomètres a fondu.

«Ainsi», conclut le professeur, «si l’on mesure la vitesse à laquelle le Groenland monte, on peut déterminer la quantité de glace qui fond.»

La difficulté réside dans le fait que deux phénomènes distincts affectent la croûte sous le Groenland: le déplacement vertical actuel dû au réchauffement climatique et le déplacement vertical à long terme qui se produit encore depuis la dernière glaciation (celle d’il y a 11.000 ans). En combinant les mesures GPS (pour mesurer l’élévation) et les observations gravimétriques, on peut – enfin, le Dr Francis peut – différencier les deux signaux afin d’obtenir le taux de fonte. Son travail en Antarctique poursuit un objectif similaire.

La station belge dispose de la meilleure nourriture de toutes les stations de recherche en Antarctique, a déclaré le chercheur belge. (Photo: Olivier Francis)

La station belge dispose de la meilleure nourriture de toutes les stations de recherche en Antarctique, a déclaré le chercheur belge. (Photo: Olivier Francis)

À Yellowstone, le projet consiste à déterminer si la caldeira – un supervolcan de la taille du Luxembourg – est sur le point d’entrer en éruption. Le problème est que, de 2002 à 2009, elle s’est élevée de sept centimètres par an par endroits. Si cela est dû à la présence de magma, alors un événement apocalyptique se prépare, dont la possibilité vaut certainement la peine de convoquer un spécialiste de la gravité de l’Université du Luxembourg. «Nous n’avons aucune idée de la façon dont Yellowstone respire et de ce qui se passe», me dit joyeusement le professeur, car cela ne fait que 20 ans qu’ils y font des mesures. «C’est très intéressant.»

Le projet est toujours en cours, car malheureusement les mouvements de la croûte ont ralenti à Yellowstone au point qu’aucune mesure définitive ne peut encore être prise. Néanmoins, le Dr Francis affirme que le supervolcan n’est pas sur le point d’exploser.

Il en est sûr à 80%.

Mais nous devons lui faire confiance, car, chose peut-être surprenante, peu de scientifiques dans le monde sont capables d’effectuer ces mesures. Selon le Dr Francis, personne aux États-Unis n’est assez spécialisé pour le Yellowstone.

Le Dr Francis pose avec l’un de ses gravimètres, qui est logé dans une petite cabane en Antarctique. (Photo: Olivier Francis)

Le Dr Francis pose avec l’un de ses gravimètres, qui est logé dans une petite cabane en Antarctique. (Photo: Olivier Francis)

«Mon rêve était l’Antarctique»

À travers ses nombreuses aventures, ce sont toutefois les expéditions vers le sud qui se distinguent vraiment. Lors de son dernier voyage dans le «monde cryptique» de Lovecraft, m’a-t-il raconté, il a accompli un rituel: chaque nuit, il a pris un petit tabouret, s’est éloigné de 150 mètres de la station de recherche, s’est assis et a réfléchi à la vie.

«Il y a des gens là-bas… ils se trouvent vraiment eux-mêmes.»