LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Carrière

Mon premier job (5/10)

Grit Fischer: fiscaliste à vie



Grit Fischer, fondatrice et managing director de Tax4Expats. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Grit Fischer, fondatrice et managing director de Tax4Expats. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Quels ont été leur premier job d’étudiant, leur premier métier et leur premier salaire? Qu’en ont-ils fait, et quelle expérience en ont-ils retirée? Delano et Paperjam ont posé la question à une dizaine de personnalités au Luxembourg. Cette semaine: Grit Fischer, fondatrice et managing director de Tax4Expats.

Quel a été votre tout premier emploi?

Grit Fischer . –«Mon tout premier emploi [rires] – ce n’était pas vraiment un emploi –, c’était un job d’été. Cela n’avait rien à voir avec la fiscalité. J’étais encore au lycée: c’était dans un ‘biergarten’, je nettoyais les tables. C’était mon tout premier emploi où j’ai gagné de l’argent. Ensuite, j’ai eu plusieurs emplois différents en tant qu’étudiante. Pourtant, en étant à l’université, j’avais déjà un travail en rapport avec les impôts. J’aidais, deux fois par semaine, les gens à respecter les règles fiscales et à préparer leurs déclarations d’impôts.

Seriez-vous prêt à travailler à nouveau au «biergarten», pour une journée?

«Oh, oui, pour un jour, ce ne serait pas un problème. Je veux dire, c’est un travail honnête. Et c’était amusant à l’époque. Si quelqu’un me demandait: ‘tu peux nous aider pour un jour? On a besoin de gens’ – et qu’il s’agit d’un ami – je dirais ‘oui, pas de problème du tout’.

Vous vous entendiez bien avec vos patrons?

«Oui, je dirais que oui. Indépendamment de l’endroit où je travaillais. Lors de mon passage dans un Big Four, j’ai travaillé dans différents pays et différents bureaux, et je me suis toujours entendue avec mes patrons. L’un de mes anciens patrons de Berlin est même un de mes amis, maintenant. Ils m’ont poussée là où c’était nécessaire et m’ont soutenue. Je ne peux pas vraiment me plaindre.

Vous rappelez-vous ce que vous avez fait avec votre premier chèque de paie? 

«C’est une bonne question [rires]. Non, je ne m’en souviens pas! Je veux dire, pas le job d’été, mais peut-être qu’avec mon premier vrai salaire, j’ai acheté quelque chose de sympa à porter, des vêtements ou quelque chose comme ça. Mais je ne suis plus sûre à 100%. C’était il y a si longtemps!

Vos premiers collègues peuvent-ils être surpris de vous voir diriger votre propre cabinet de conseil fiscal?

«Oui, peut-être. Parce qu’une fois que j’ai commencé à m’intéresser au travail fiscal, j’ai toujours dit que je ne voulais pas être indépendante. Je ne voulais pas avoir ma propre entreprise. Et donc, cela surprendrait probablement certaines personnes, notamment au moment où j’ai pris la décision de créer ma propre entreprise.

Qu’est-ce qui a changé lorsque vous avez décidé d’être indépendante?

«Je pense qu’il s’agissait de trouver un équilibre vie-travail et d’être son propre patron – de décider ce que l’on fait et comment on le fait. C’était l’un des principaux moteurs.

C’est impressionnant, cette continuité dans le domaine de la fiscalité… 

«J’aime vraiment ce que je fais. C’est pourquoi j’exerce toujours ce métier depuis plus ou moins 30 ans. Je veux dire que cela fait plus ou moins 30 ans en y incluant mes expériences d’étudiante. Ce que j’ai toujours aimé dans ce travail, c’est le contact avec les gens, parce que je me concentre vraiment sur la fiscalité individuelle, je travaille vraiment avec les gens, et j’ai rencontré tellement de personnes au fil des ans. Et cela rend aussi le travail intéressant parce qu’elles viennent de différents pays et cultures.

Merci pour votre temps et de nous avoir parlé.

«Merci!»