POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

SnT

Gilbert Fridgen à la tête de la «chair» Paypal



Gilbert Fridgen (University of Bayreuth/Fraunhofer FIT) est un spécialiste de la blockchain. Il dirigera la nouvelle «chair» financée par le FNR. (Photo: Dominik Gigler / DLD)

Gilbert Fridgen (University of Bayreuth/Fraunhofer FIT) est un spécialiste de la blockchain. Il dirigera la nouvelle «chair» financée par le FNR. (Photo: Dominik Gigler / DLD)

Annoncée il y a deux ans et demi, la «chair» Paypal spécialisée dans les fintech sera confiée à Gilbert Fridgen, a annoncé Björn Ottersten mardi, à l’occasion de la journée des partenariats du SnT.

Le SnT n’en finit pas de grossir et de s’intéresser à de nouvelles activités.

Véhicules autonomes, systèmes électroniques, internet des objets, biomédical, big data, blockchain, fintech, cybersécurité... le centre de recherche a grossi au rythme de l’omniprésence de la technologie. Les derniers développements vont vers le domaine juridique – avec le premier partenariat entre un cabinet d’avocats, Linklaters, et VNX et sa plate-forme de tokénisation des assets –, vers le «high-performance computing» ou l’initiative sur les ressources de l’espace.

De 27 employés en 2009, le centre de recherche interdisciplinaire est passé à 300 employés de 46 nationalités, 130 seniors PhD et 120 encours. Au-delà des partenaires-pionniers, Post, SES, Telindus, le centre a signé 43 partenariats (dont cinq internationaux avec Huawei, PayPal, Ripple, Intel et QRA), a lancé quatre spin-offs et reçoit une contribution annuelle de 5 millions d’euros.

Après les deux premières «chairs» du FNR Pearl dirigées par Lionel Briand en 2011 et par Paulo Verissimo en 2015, l’université et le gouvernement avaient annoncé en mars 2017 une troisième «chair», dite «Paypal», sur les fintech.

Sur la scène du Casino 2000, mardi, Björn Ottersten a annoncé que Gilbert Friedgen, spécialiste de la blockchain passé par l’université de Bayreuth et par le Fraunhofer Blockchain Lab, la dirigerait.

Selon l’institut Fraunhofer où il travaille , le chercheur au nœud papillon est encore impliqué dans la stratégie que le gouvernement allemand a promis de présenter cet été sur la blockchain et la mobilité.