POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Filière bois

La forêt luxembourgeoise bien cotée par le FSC



268715.jpg

Le bois luxembourgeois, même non certifié, respecte les grands principes de protection des forêts du FSC. (Photo: Shutterstock)

Selon un rapport approfondi du Forest Stewardship Council, les forêts luxembourgeoises sont bien gérées. Le bois qui en provient peut donc entrer dans la composition de produits bénéficiant du label «bois protégé».

Très bonne nouvelle pour la filière bois luxembourgeoise. Suite à une analyse approfondie du Forest Stewardship Council (FSC), le bois luxembourgeois non certifié a été reconnu comme présentant un «risque faible» de provenir de sources inacceptables.

Si le Grand-Duché a demandé à FSC Luxembourg de mener cette «Analyse nationale de risque» sur le bois certifié, c’est que les entreprises consommatrices de bois sont de plus en plus regardantes sur sa provenance.

Des résultats encourageants

Plus question de prendre le risque d’utiliser un bois provenant de forêts non ou mal gérées. Les arbres ont un impact extrêmement important sur l’équilibre écologique et sa gestion requiert la plus grande prudence.

Les résultats du FSC sont très encourageants. Suite à son analyse, l’organisation internationale qui œuvre à la promotion d’une gestion durable des forêts partout dans le monde a estimé que le bois luxembourgeois non certifié pouvait être inclus dans son label FSC Mix.

Pas certifié, mais contrôlé

Moins strict, ce label évalue des produits (papier, carton, panneaux en bois...) composés de matériaux certifiés et non certifiés. Il a été créé pour pallier le manque de forêts certifiées. Mais les matériaux inclus répondent à des exigences minimales pour pouvoir être qualifiés de «bois contrôlé».

Par rapport à ce label, cinq pratiques forestières sont qualifiées d’inacceptables par le FSC:

– Le bois récolté illégalement;

– Le bois récolté en violation des droits traditionnels et des droits de l’Homme;

– Le bois provenant de forêts où les activités de gestion menacent des hautes valeurs de conservation;

– Le bois issu de forêts naturelles transformées en plantations ou en utilisations non forestières;

– Le bois provenant de forêts contenant des arbres génétiquement modifiés.

Les experts ont donc évalué chacune de ces cinq catégories de risque pour les forêts luxembourgeoises en se basant sur des sources bibliographiques et en analysant le cadre législatif en place. Les conclusions de l’enquête ont été approuvées en juin de cette année.