PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

fintech awards 2019

OKO: l’inclusion, toujours une priorité



249371.jpg

Simon Schwall, CEO de OKO. (Photo: Anthony Dehez)

Les start-up OKO et Uniken ont respectivement obtenu le deuxième et le troisième prix des Fintech Awards 2019. Uniken propose une solution de cybersécurité pour les utilisateurs de services financiers et OKO s’attaque à la problématique de l’assurance des agriculteurs africains.

Sur les dix finalistes présents aux Fintech Awards 2019, le jury a remis, en plus du grand prix décerné à Tokeny, un deuxième et un troisième prix, respectivement à OKO et Uniken.

OKO, lauréate du deuxième prix, propose de faciliter l’accès à l’assurance pour les agriculteurs africains.

La plupart des agriculteurs africains sont dépourvus d’assurance. Cela les rend non seulement très vulnérables aux variations météorologiques, mais les empêche d’accéder au moindre crédit bancaire.

OKO propose aux agriculteurs d’obtenir une assurance par le biais d’un simple téléphone. À défaut d’un compte bancaire, «tout le monde à un téléphone», estime Simon Schwall, CEO et fondateur d’OKO.

L’agriculteur contacte la start-up et doit transmettre la géolocalisation, la taille du champ et ce qu’il cultive. OKO calcule les risques d’intempéries (sécheresse, excès de pluie) au niveau communal, puis envoie un devis à l’agriculteur.

Celui-ci, s’il accepte le devis, paie via Orange monnaie qui permet, par la simple composition d’un code téléphonique, d’effectuer des transactions financières.

OKO observe ensuite les conditions météorologiques. En cas d’intempéries, la start-up rembourse automatiquement l’agriculteur du préjudice subi – qui est calculé par un algorithme – sans que celui-ci ait à effectuer la moindre démarche.

Une première assurance pour 450 agriculteurs

Basée à Tel-Aviv, la start-up a récemment ouvert une filiale à Luxembourg. «C’est un écosystème favorable, avec de nombreuses sociétés de microassurance, de microfinancement et d’indices satellitaires», explique Simon Schwall. En outre, «le Mali est une cible prioritaire de la politique d’aide du Luxembourg».

Or, OKO a lancé son projet pilote au Mali: 450 clients, démarchés sur le terrain, ont ainsi obtenu une assurance pour la première fois. Les premiers sinistres ont été remboursés. En septembre, la start-up se lance, toujours au Mali et peut-être en Côte d’Ivoire, avec, comme partenaires, Orange et MTN côté opérateurs mobiles, et Allianz côté assurances.

La start-up prélève une commission correspondant à 30% du prix de l’assurance. Elle doit donc compter sur une rapide augmentation du nombre de clients pour être rentable. «Nous espérons 20.000 clients d’ici fin 2019, déclare Simon Schwall. Et, d’ici 3 ans, 500.000 répartis sur 4 ou 5 pays.»

Cybersécurité et simplicité d’utilisation

Uniken, lauréate du troisième prix, s’est inspirée de la technologie militaire avec l’objectif de bâtir une plate-forme de cybersécurité sûre tout en permettant une grande facilité d’utilisation pour l’utilisateur de services bancaires et financiers. «Nos clients désiraient un produit offrant sécurité informatique tout en intégrant les problématiques d’identité et d’authentification», relate Robert Levine, COO et global business development au sein d’Uniken.

Ces clients, présents aux USA, en Amérique latine, en Europe, en Asie du Sud-Est et aux Philippines, sont des banques de petite et moyenne taille. «Notre plus gros client a quatre millions de clients, confie Robert Levine. Et nous avons actuellement des opportunités avec de plus grandes banques.»

Le chiffre d’affaires de la start-up, de 1,2 million l’année passée, devrait atteindre 4,6 millions d’ici la fin de l’année, selon les propos de Robert Levine.