ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Forecast

Faut-il plus de verdure en ville?



Laurent Cooreman, Kathia Robert, Muriel Sam et Aurélie Frédureau. (Photo: Montage Maison Moderne)

Laurent Cooreman, Kathia Robert, Muriel Sam et Aurélie Frédureau. (Photo: Montage Maison Moderne)

La nature doit-elle être davantage intégrée dans les villes? Pourquoi? À quels enjeux cela répond-il? Comment et où le faire? Des acteurs du marché de l’immobilier nous répondent.

1. Laurent Cooreman, Founder & CEO, Square Meter

Verdir les villes n’est pas une idée nouvelle, puisqu’à la fin du 19e siècle, déjà, l’urbaniste britannique Ebenezer Howard avait développé le concept de cité-jardin. Ces dernières années, toutefois, on constate un intérêt et un engouement croissants pour la végétalisation des espaces urbains. Preuve en est, l’Union européenne, par exemple, a développé des chartes liées aux villes vertes.

Face à l’urgence climatique, mais éga­lement face à la crise sanitaire que nous connaissons actuellement, tout le monde s’accorde à dire que nous devons verdir les villes, de manière accélérée. Il en va de l’attractivité et de la résilience de nos cités.

La végétalisation contribue en effet, entre autres, à limiter le réchauffement climatique, à purifier l’air, à réduire les impacts sonores, à renforcer la biodiversité, mais également à créer du lien social, à se reconnecter avec les saisons, à amé­liorer le cadre de vie ou encore à rendre les villes plus confortables.

Si, demain, une ville veut rester désirable aux yeux de ses (futurs) résidents, elle devra se montrer de plus en plus durable. En témoignent déjà les nouveaux classements des villes les plus vertes du monde. Il est donc grand temps que l’on prenne le sujet à bras-le-corps.

2. Kathia Robert, Director residential, CBRE Luxembourg

Alors que les espaces urbains sont amenés à se densifier, verdir les villes est devenu indispensable. C’est essentiel pour la qualité de vie des habitants, mais aussi pour la préservation de notre environnement.

Le Luxembourg l’a bien compris et tient pleinement compte de cette dimension en se positionnant, par exemple, comme le premier pays à s’être doté d’une stratégie d’urban farming à l’échelle nationale.

Aujourd’hui, toutefois, on ne s’intéresse souvent qu’au côté utilitariste de la nature. On regarde ce qu’elle peut nous rendre comme services: rafraîchir les villes, empêcher les inondations, isoler les toitures, lutter contre la pollution atmosphérique, etc.

Nous devons imaginer des solutions qui vont évoluer de façon naturelle, s’auto-entretenir, être stables dans le temps. Nous devons réussir à davantage réfléchir sur le long terme et explorer la durabilité des développements. En devenant pérennes, ces aménagements permettront la création d’une véritable biodiversité dans les villes, d’un écosystème autonome et durable, non seulement de manière localisée dans un bâtiment, mais également à l’échelle d’un quartier, voire d’une ville tout entière.

3. Muriel Sam & Aurélie Frédureau, Head of development & development director, Immobel Luxembourg

La ville minérale et le «tout -béton» ont montré leurs limites, alors que la nature ne finit pas de nous témoigner ses vertus. Dans le contexte de réchauffement climatique et de densification croissante, la nature permet aux villes de rester accueillantes. Les verdir répond ainsi à de multiples défis écologiques, mais également à des enjeux sociétaux et aux besoins humains fondamentaux.

La production d’espaces verts de qualité dans les cités constitue un défi majeur qui concerne directement les opérateurs privés, au même titre que les collectivités. En tant que développeurs, nous avons la responsabilité de ce à quoi la ville de demain ressemblera. Lorsque nous imaginons de nouveaux quartiers, nous nous engageons donc à deux niveaux: à l’échelle individuelle, en proposant un espace privatif de verdure à chaque résident, mais également à une échelle plus globale afin d’offrir des espaces publics paysagers généreux, propices au ressourcement et aux interactions sociales.

En ce qui concerne les immeubles, les options pour les rendre plus verts sont nombreuses: dans les cours intérieures, avec des terrasses, des loggias ou encore en façade. Accorder une place prépondérante à la verdure en ville est indispensable pour accompagner un développement urbain harmonieux.

Cet article a été rédigé pour  l’édition magazine de Paperjam du mois d’août/septembre  parue le 15 juillet 2021.

Le contenu du magazine est produit en exclusivité pour le magazine, il est publié sur le site pour contribuer aux archives complètes de Paperjam.

Cliquez sur ce lien pour vous abonner au magazine.

Votre entreprise est membre du Paperjam Club? Vous pouvez demander un abonnement à votre nom. Dites-le-nous via  [email protected]