LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Casino Luxembourg: bilan et perspectives



traces_2.jpg

Le Casino Luxembourg vient de faire paraître le nouveau numéro de «Traces», magazine qui permet de revenir sur l'année écoulée. Sa présentation a aussi été l'occasion de lever un coin du voile sur ce qui se profile pour la saison 2014-2015.

La quatrième édition de «Traces» compile l'ensemble de la programmation artistique du Casino Luxembourg réalisée au cours de l'année 2013. «Cette publication rassemble aussi bien les expositions que les événements organisés par le Forum d'art contemporain. C'est aussi l'occasion de laisser les autres s'exprimer sur ce que nous avons pu faire», explique Kevin Mulhen, directeur artistique. «Chaque édition est confiée à un graphiste différent et pour ce numéro, nous avons fait appel à Central Intelligence - Runa Egilsdottir - qui est aussi invité au LABO à partir du 17 mai.» Le magazine s'ouvre sur les expositions et résidences d'artistes avec des textes de spécialistes de l'art contemporain: Susanne Neuburger, Patrick Talbot, Jérôme Lefèvre, Yiannis Papadakis, Hans Fellner. Sont ensuite répertoriés les projets pédagogiques et expositions d'artistes luxembourgeois au LABO. On retrouve également des événements parallèles, souvent moins connus du grand public, comme le Rendez-vous des curateurs, ou des événements ponctuels comme ceux des photographes Eric Chenal et Andrés Lejona. Y sont aussi présentés les projets rendus suite à l'appel à projets pour la réalisation d'une œuvre permanente sur la façade nord du Casino qui sera inaugurée le 17 mai. L'œuvre choisie, et financée grâce aux dons de l'Association des amis des musées, est «Beautiful Steps #10» de Lang/Baumann.

En prévision du vingtième anniversaire de la création du Casino Luxembourg en 2016, l'année 2015 sera l'occasion d'une transition vers un repositionnement et une redéfinition du centre d'art. La notion de Forum va peu à peu prendre de plus en plus d'ampleur et un café éphémère sera installé dans deux des salles du rez-de-chaussée, les expositions étant uniquement présentées au premier étage. Martine Feipel et Jean Bechameil ont été invités à intervenir artistiquement pour maintenir l'esprit créatif au sein même de cette nouvelle activité. Les autres salles du rez-de-chaussée abriteront des projets collaboratifs de plus petite envergure. Quant aux résidences d'artistes, elles quitteront l'aquarium pour explorer l'espace public.

En attendant, la programmation artistique du reste de l'année 2014 sera riche en découvertes. L'exposition «Hlysnan», du 17 mai au 7 septembre, offrira une expérience auditive, une analyse de l'écoute. «Cette exposition est pensée pour provoquer une action active de l'écoute, comme une contrainte d'activisme», précise Kevin Muhlen. Seront présentés des artistes de Londres, des États-Unis et d'autres horizons, aussi bien dans l'exposition que dans une publication dédiée.

L'aquarium accueillera pour la dernière fois une résidence d'artiste, celle de Béatrice Balcou. L'artiste a choisi de travailler à partir d'une œuvre issue d'une collection publique et d'interagir avec elle et les habitants du Luxembourg en proposant des performances.

L'année se poursuivra avec les expositions du canadien Patrick Bernatchez, dont il s'agit de la première exposition monographique en Europe, et «M+M - 7 Tage», une exposition du projet vidéographique de Martin de Mattia et Marc Weis.

L'année 2015 commencera avec une collaboration avec Design Friends à l'occasion des 5 ans de l'association («Resolute - design changes»).

Enfin, les dossiers d'artistes seront renouvelés, mais selon un nouveau procédé, puisque la sélection n'est plus faite par un jury, mais relève des choix d'une personnalité du monde culturel. Pour cette édition, c'est Ainhoa Achutegui qui inaugure ces nouveaux «coups de cœur».

«Traces», 10€, en vente au Casino Luxembourg et sur leur site internet.