BRAND VOICE — PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Wealth management

nadi solutions

Le défi du reporting dans le Private Equity



285297.jpg

Julien Schleich, CTO, et Steve Verlinden, COO de Nadi Solutions. (Photo: Nadi Solutions)

Le Private Equity a le vent en poupe. Face à la demande croissante pour cette classe d’actifs, les gestionnaires doivent trouver le moyen de délivrer plus efficacement des rapports plus complexes.

Le développement de l’industrie des fonds luxembourgeoise est aujourd’hui dopé par la croissance du segment PERE (Private Equity/Real Estate). En témoignent à la fois le volume d’actifs investis dans le PE mais aussi l’évolution des sociétés actives sur ce segment au Luxembourg. «Ces sociétés grandissent et se professionnalisent», commente Steve Verlinden, COO de la société Nadi Solutions, acteur fintech spécialisé dans le reporting financier. «Pour répondre à une demande toujours plus importante, toutes doivent gagner en efficacité. La gestion documentaire en lien avec les fonds Private Equity est à ce titre souvent fastidieuse. La diversité des véhicules d’investissement et les spécificités des fonds font que ces rapports sont encore trop souvent produits manuellement.»

Croissance exponentielle des rapports à produire

Les produits de Private Equity sont avant tout destinés à une clientèle spécialisée ou institutionnelle, en capacité de faire valoir des exigences singulières quant aux rapports produits. Leur production est dès lors difficilement industrialisable. «En grandissant, cependant, les acteurs du PE voient le volume des rapports à produire considérablement augmenter», souligne Steve Verlinden. «L’enjeu est de leur permettre de produire plus facilement tous ces rapports, afin qu’ils puissent répondre à la demande croissante sans alourdir leur organisation ou leurs coûts.»

Simplifier la production du reporting

Nadi place la technologie au service de la simplification de la gestion des documents liés aux fonds d’investissement. «Aujourd’hui, notre solution est mise en œuvre chez plusieurs acteurs du marché et suscite désormais l’intérêt des acteurs du Private Equity. L’équipe en charge du développement travaille en outre sur le développement d’autres outils portés par deux sociétés actives dans le secteur du PERE, avec le souci de faire des choix technologiques cohérents au service des acteurs de ce segment», explique Julien Schleich, Chief Technology Officer.

La solution de Nadi permet en effet d’agréger très facilement les données selon les besoins et les envies pour ensuite produire, de manière automatique, les documents exigés par l’investisseur ou le régulateur. «C’est un outil extrêmement paramétrable, offrant une grande liberté de personnalisation tout en étant simple d’utilisation», poursuit Julien Schleich. «La volonté est de permettre aux équipes en charge du reporting de faire évoluer plus facilement leurs rapports, en toute autonomie, sans devoir s’appuyer sur leur service informatique ou sur un prestataire extérieur.»

Allier automatisation et adaptation

La technologie mise en œuvre permet aux acteurs du PERE d’accéder à un niveau élevé d’automatisation de la production des rapports tout en pouvant continuer à répondre aux exigences spécifiques des investisseurs. Une petite équipe en charge du reporting peut plus aisément faire face à l’augmentation du volume de documents à produire et, surtout, se concentrer sur ce qui compte le plus: l’investisseur et la gestion des investissements.