ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Cybersécurité

Le dark web n’est plus si… dark



Europol a arrêté 179 personnes qui commercialisaient des produits illégaux sur le darkweb. Comme pour dire que ce territoire ne serait plus le Far West. (Photo: Shutterstock)

Europol a arrêté 179 personnes qui commercialisaient des produits illégaux sur le darkweb. Comme pour dire que ce territoire ne serait plus le Far West. (Photo: Shutterstock)

Le dark web, 90% de l’activité sur internet qui n’est pas visible par plus de 10% des internautes, a subi une nouvelle déconvenue cette semaine: une gigantesque opération de police a permis d’arrêter 179 vendeurs de drogues, de monnaies cryptées et d’armes.

«Le darkweb n’est pas un conte de fées.» L’image ne fonctionne pas, mais Europol l’a choisie pour communiquer sur une nouvelle déconvenue de ces geeks qui s’affranchissent des règles pour vendre drogues, armes, images pédopornographiques et autres «produits» illégaux.

Il est important que le darkweb puisse continuer à être utilisé par des communautés oppressées, rappellent avec justice des hackers de toute la planète, mais les autorités poursuivent leurs coups de fil contre les commerces illicites.

Cette semaine, Europol a annoncé une énorme opération de police, en Europe, mais aussi avec les États-Unis . Disrupt Tor a permis d’arrêter 179 personnes et de saisir «6,5 millions de dollars en espèces et en monnaies virtuelles, ainsi que quelque 500 kilogrammes de drogues, notamment du fentanyl, de l’oxycodone, de l’hydrocodone, de la méthamphétamine, de l’héroïne, de la cocaïne, de l’ecstasy, de la MDMA et des médicaments contenant des substances addictives; et 64 armes à feu».

Il y a déjà 15 mois, les mêmes forces de l’ordre avaient déjà mené une spectaculaire opération contre Wall Street Market.