BRAND VOICE — ENTREPRISES & STRATÉGIES — Finance & Légal

KPMG

Capital humain et résilience organisationnelle



Sabrina Bonnet, Senior Manager, People & Change , KPMG. (Crédit: KPMG)

Sabrina Bonnet, Senior Manager, People & Change , KPMG. (Crédit: KPMG)

Pour assurer la continuité de leurs activités, les entreprises ont dû faire face en peu de temps à de nombreux challenges. L’humain a été au cœur de ceux-ci. Retour sur les impacts que cette crise a pu avoir sur la gestion des ressources humaines.

Si la crise du Covid-19 s’est révélée être un accélérateur de la transformation digitale, c’était surtout un challenge humain. Alors que le retour au bureau s’organise de manière progressive, les entreprises continuent à naviguer entre incertitudes et opportunités.

Comment discerner les priorités? Car tout semble critique dès que cela touche à l’humain… Chez KPMG, nous avons établi une approche qui s’articule autour de 5 piliers, nos «5C»:

Les «5C» chez KPMG. (Crédit: KPMG)

Les «5C» chez KPMG. (Crédit: KPMG)

Cette approche amène une structure autour de l’humain, permettant de faire un bilan de l’état actuel pour ensuite développer un plan d’action adéquat. On constate que ces 5 axes se sont tous révélés au cours de la crise. Quelques exemples qui nous parlent à tous:

Rassembler autour de nouvelles normes

Du jour au lendemain, les sociétés ont dû mettre les collaborateurs en télétravail. Au-delà du défi technologique que cela a représenté, c’est avant tout l’accompagnement des employés qui a été décisif. L’adaptation à un nouvel environnement de travail, l’utilisation de nouveaux outils et des changements parfois au sein même des métiers ont affecté les collaborateurs. C’est en fait toute la culture d’entreprise qui a été impactée. Il a fallu rassurer par le biais d’une communication adaptée, et également accompagner les managers, car ils restent les premiers acteurs de terrain face aux employés.

L’importance de maintenir le lien à distance

Si le maintien de la connexion à distance avait pour principal objectif la continuité des activités, cela a été l’opportunité pour certaines sociétés de déployer le télétravail à l’ensemble de leurs collaborateurs. Pour beaucoup, le test a été concluant, et on constate une volonté de définir de nouveaux schémas de travail. L’analyse de l’impact que le télétravail a eu sur les collaborateurs permettra de définir les pratiques et outils qui alimenteront les solutions pérennes, sans sous-estimer le rôle social que joue le bureau. Reste donc à trouver le bon équilibre entre flexibilité et efficience opérationnelle.

Optimiser les coûts et les processus

La gestion minutieuse des coûts a permis aux entreprises de garder la tête hors de l’eau. Ce qui inclut les coûts humains. Il a fallu identifier les rôles-clés dans l’organisation et évaluer la pertinence du maintien de certaines activités à court terme. Le volet «compliance» a aussi été un défi, car, par exemple, comment assurer la conformité avec les processus internes si ceux-ci ne peuvent être respectés à distance? La digitalisation des processus a donc eu un impact évidemment positif sur le travail des collaborateurs au quotidien.

Redéployer les compétences

Avec les changements au niveau des activités business, l’enjeu a été de réallouer ou développer les compétences nécessaires pour servir les clients. Si la pandémie a accéléré cette pratique, le sujet de l’up-skilling, re-skilling, n’est pas nouveau. Le marché, les technologies évoluent, et donc les rôles aussi. Il est essentiel que les entreprises accompagnement leurs collaborateurs dans le développement de leur employabilité au sein même de l’organisation.

Pour plus d’information sur ce sujet, consultez notre guide complet (en anglais) ici .