ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Revue de presse

Biver, le roi de l’horlogerie, part à la retraite



Prix spécial du jury début novembre, le Luxembourgeois Jean-Claude Biver prendra sa retraite dans quelques jours après 45 ans d’une incroyable carrière dans l’horlogerie suisse. (Photo: Miguel Bueno/Hublot)

Prix spécial du jury début novembre, le Luxembourgeois Jean-Claude Biver prendra sa retraite dans quelques jours après 45 ans d’une incroyable carrière dans l’horlogerie suisse. (Photo: Miguel Bueno/Hublot)

Le 11 décembre, le Luxembourgeois Jean-Claude Biver a reçu la Légion d’honneur à Berne. Et un prix spécial pour ses 45 ans de carrière dans l’horlogerie suisse. À 70 ans, il s’apprête à partir à la retraite.

«44 ans, et probablement la plus grande émotion ce soir». 9 novembre. À la 18e édition du Grand Prix d’Horlogerie de Genève, Jean-Claude Biver est ému. Le Luxembourgeois sait que ses pairs l’honorent une dernière fois avant qu’il ne tire un trait sur une longue et riche carrière au service de l’industrie horlogère.

Né au Luxembourg, le président de la division Horlogerie de LVHM a accepté il y a un an de partir à la retraite en décembre 2019. Arrivé en Suisse à l’âge de dix ans après avoir (déjà) perdu sa première montre, une Omega Constellation, cet homme affable au sourire indécrottable aurait bien poursuivi cinq années de plus si sa santé ne s’était pas dégradée.

Avec son ami Jacques Piguet, il acquiert la marque Blancpain en 1982, qu’il relance et développe en quelques années, avant de la céder au groupe SMH (devenu depuis Swatch Group) en 1992. En tant que membre du comité de direction de Swatch Group, il prend ensuite la direction Marketing & produits d’Omega, là encore insufflant une dynamique exceptionnelle. Fin 2003, il décide de prendre une année sabbatique avant de changer rapidement d’avis tel l’homme d’action qu’il a toujours été, et de reprendre les rênes d’une petite entreprise fondée en 1980: Hublot Genève.

L’entreprise connaît un développement extraordinaire et rejoint le groupe LVMH en 2008. Il deviendra président de la division Horlogerie du leader mondial du luxe en janvier 2014, où il supervise les activités des marques du groupe, Hublot, TAG Heuer et Zenith.

Le journal suisse L’Illustré lui consacre un joli portrait, intimiste et sincère, auprès de son épouse Sandra .