POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Procédure antitrust

Amazon accusé de pratiques anticoncurrentielles



Amazon aurait abusé, de manière illégale, de sa position dominante et enfreint les règles de l’UE en matière de concurrence sur ses deux plus grands marchés européens, à savoir l’Allemagne et la France. (Photo: Shutterstock)

Amazon aurait abusé, de manière illégale, de sa position dominante et enfreint les règles de l’UE en matière de concurrence sur ses deux plus grands marchés européens, à savoir l’Allemagne et la France. (Photo: Shutterstock)

Après Apple, Google et Facebook, c’est au tour d’Amazon de se retrouver sous le coup d’une procédure antitrust lancée par la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager. L’entreprise risque une amende pouvant aller jusqu’à 10% du chiffre d’affaires réalisé en Allemagne et en France.

Amazon est sous le coup d’une procédure antitrust lancée par la Commission européenne, a annoncé mardi la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager.

Selon les conclusions préliminaires d’une enquête ouverte en juillet 2019, Amazon aurait abusé de manière illégale de sa position dominante et enfreint les règles de l’UE en matière de concurrence sur ses deux plus grands marchés européens, à savoir l’Allemagne et la France. L’entreprise risque une amende pouvant aller jusqu’à 10% du chiffre d’affaires réalisé dans ces pays.

Elle l’accuse notamment d’utiliser les données clients de ses 800.000 vendeurs tiers au bénéfice de sa propre activité de vente au détail, qui est en concurrence directe avec celle de ces mêmes vendeurs tiers.

Margrethe Vestager a aussi annoncé l’ouverture d’une nouvelle enquête approfondie visant le géant de l’e-commerce. Elle soupçonne cette fois un traitement préférentiel des offres d’Amazon ou des vendeurs de sa place de marché utilisant les services logistiques et de livraison du géant américain.

Il ne s’agit pas de la première entreprise faisant partie des Gafa à laquelle s’attaque la commissaire à la concurrence, Facebook, Apple et Google ayant déjà fait l’objet de procédures pour non-respect des règles concurrentielles européennes.