ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Consommation

Le vintage au goût du jour



La boutique de meubles vintage Rob Vintage, à Hollerich, écoule des meubles à travers le monde via la toile. (Photo: Rob Vintage)

La boutique de meubles vintage Rob Vintage, à Hollerich, écoule des meubles à travers le monde via la toile. (Photo: Rob Vintage)

Les objets vintage sont de plus en plus populaires au Luxembourg: entre véritables petits morceaux d’époques révolues et produits au design rétro, le marché regorge d’offres. Un salon leur sera d’ailleurs dédié ces 4 et 5 décembre à Luxexpo The Box.

Nombreux sont les consommateurs à se tourner vers les vêtements et accessoires de seconde main au Luxembourg. Mais l’appétit pour des pièces rétro se retrouve partout: au Salon du vintage prévu ce week-end, sur des sites web spécialisés, mais aussi dans les commerces physiques. 

À Hollerich, la boutique Rob Vintage accueille, depuis 2012, des clients friands de meubles et objets rétro. Ces derniers temps, sa patronne Michèle Rob dit écouler beaucoup de pièces sur des plateformes spécialisées ainsi que via Instagram : «Les personnes envoient un like, un message pour se renseigner sur le prix, puis achètent». Le web repousse les frontières puisque des commandes viennent d’Australie, du Japon et même des États-Unis.

La commerçante observe un intérêt croissant pour le vintage: «Actuellement, j’ai beaucoup de demandes pour des objets des années 1980 et 90», confie celle qui dit écouler ses meubles auprès de toutes les tranches d’âge.

«À partir du moment où ce n’est plus en production, qu’on ne peut plus se le procurer dans le commerce ‘classique’ et que c’est un objet emblématique et extrêmement rare, on peut le qualifier de vintage», résume notre interlocutrice également experte judiciaire assermentée en mobilier du 20e siècle.

Une consommation durable

Sur la page Instagram de Fracht 23 défilent des objets rétro photographiés sous tous les angles et vendus principalement au Grand-Duché. «Notre clientèle est à 80% composée de personnes âgées entre 20 et 30 ans», confie un des membres de ce groupe de férus de vintage basés dans le sud du Luxembourg.

«La demande porte surtout sur les pièces des années 60, une époque riche en changements et évolutions que l’on peut retrouver dans ces objets d’antan», explique notre interlocuteur, actif sur la toile depuis février dernier sur le segment du vintage. Des clients nostalgiques d’une époque qu’ils n’ont pas connus? Certainement, mais le vintage est aussi le témoin de cette volonté de consommer de façon durable.

«Ce sont des objets qui ont traversé les époques, fabriqués avec des matériaux de qualité. C’est incomparable par rapport à ce que l’on peut trouver aujourd’hui dans le commerce ‘traditionnel’», souligne Fracht 23.

Neuf, mais vintage

Pourtant, l’inspiration vintage se retrouve dans de nombreux produits neufs. Des tourne-disques aux radios rétro qui cachent un récepteur DAB, en passant par les enceintes connectées, les exemples ne manquent pas au magasin Hifi International de la Cloche d’Or. 

Le vintage est même la marque de fabrique de certains labels, comme Smeg et Kitchen Aid, dont les appareils électroménagers semblent sortis tout droit des années 60. «La clientèle plus jeune apprécie ces produits car ils apportent une touche esthétique vintage dans des cuisines modernes», explique Abdel, conseiller de vente, devant un linéaire de grille-pain, bouilloires et autres robots de cuisine dont les prix varient de 149 à 549 euros.

Même les appareils photo instantanés reviennent au goût du jour: «La demande vient de tous les âges, souvent pour faire un cadeau. Lors d’un anniversaire, la personne le déballe et peut directement l’utiliser et offrir immédiatement des photos physiques aux invités», explique avec enthousiasme le vendeur.

Idem à la Fnac où «le Polaroïd répond à une demande pour des cadeaux un peu vintage à Noël», confie Quentin, vendeur dans l’enseigne. La marque relancée en 2007 a même conçu une petite imprimante portable qui se connecte en Bluetooth au smartphone, pour compléter son offre. Quant aux appareils photo jetables que l’on croyait révolus suite aux smartphones, ils se vendent bien, «surtout en été pour les mariages où ils sont disposés sur les tables en guise d’animation pour les invités». De la manipulation de l’objet au suspense de découvrir les photos sur papier, l’objet semble séduire.

Des marques d’appareils électroménagers comme Smeg et Kitchen Aid jouent résolument la carte du design vintage. (Photo: Paperjam)

1 / 3

Le Polaroid revient au goût du jour à côté d’appareils photo numériques au design rétro dans les linéaires de la Fnac. (Photo: Paperjam)

2 / 3

L’art de la table aussi se met au goût du vintage, comme en témoignent quelques pièces en vente aux Galeries Lafayette. (Photo: Paperjam)

3 / 3

Aux Galeries Lafayette, l’espace cadeaux compte des objets inspirés tout droit des années 80 et 90, comme des appareils photo au look rétro et des jeux d’arcade en miniature. «Il y a un retour aux années 90 que l’on voit dans les tendances en audiovisuel, avec des séries de cette époque remises au goût du jour. Peut-être que cela peut expliquer le phénomène», avance Caroline Adamczak, responsable marketing et service client du grand magasin. Son rayon des arts de la table propose aussi quelques objets inspirés des années 70, comme des carafes en forme d’animaux.

S’il n’est pas surprenant de dénicher ce genre d’objets en brocante, leur présence en rayon peut étonner. Mais pourtant, ils se vendent! Ne dit-on pas que la mode est un éternel recommencement?

Salon du vintage à Luxexpo the Box, Luxembourg-ville, ces 4 et 5 décembre. Samedi: 10h-19h. Dimanche: 10h-19h.