ENTREPRISES & STRATÉGIES

Concession automobile

Philippe Emond passe la frontière «avec passion»



La mise en place d’une nouvelle structure de gouvernance interne fait partie des premiers chantiers de Philippe Emond. (Photo: Philippe Emond)

La mise en place d’une nouvelle structure de gouvernance interne fait partie des premiers chantiers de Philippe Emond. (Photo: Philippe Emond)

Le nouvel homme fort de BMW dans la capitale se nomme Philippe Emond. Le chef d’entreprise qui a bâti un groupe repris récemment par le suédois Bilia entrevoit le marché luxembourgeois avec confiance.

L’entrepreneur Philippe Emond n’est peut-être pas familier du sérail grand-ducal, mais son arrivée à la direction de l’enseigne BMW dans la capitale devrait probablement changer la donne. 

À 53 ans, cet autodidacte est devenu l’une des figures du monde entrepreneurial en province de Luxembourg belge depuis qu’il a repris, sans diplôme particulier mais avec une conviction qui avait visiblement convaincu les responsables de BMW à l’époque, deux garages. L’un à Arlon et l’autre dans la localité de centre Ardenne qu’est Libramont.

C’était en 1993. Depuis le début de cette aventure, Philippe Emond a bâti un véritable empire autour de la marque BMW aux portes du Luxembourg, bénéficiant de la bonne santé économique du voisin grand-ducal, notamment dans le secteur du leasing. 2007 marque un autre tournant pour l’entrepreneur puisqu’il reprend deux concessions en France, à Soissons et Saint-Quentin. Trois ans plus tard, celles de Charleville, de Châlons-en-Champagne et de Reims viennent compléter le groupe.

Luxexpo pour le lancement

2016 marquera certainement un autre moment-clé dans la carrière de cet indéfectible amateur de football (il est président du club de Virton). Philippe Emond rejoint cette fois un acteur international, en l’occurrence le suédois Bilia qui a repris ses deux concessions d’Arlon et de Libramont où sont employés actuellement une centaine de collaborateurs, pour un chiffre d’affaires annoncé de 79 millions d’euros en 2015 et 2.017 véhicules vendus l’an dernier dont 1.644 BMW et Mini neuves.

Un mariage qui ne doit rien au hasard puisque le groupe suédois a repris fin 2015 la concession Arnold Kontz, nom historique associé depuis 1953 à BMW dans la capitale. En échange, Philippe Emond est monté au capital (34%) du holding créé en mars dernier pour chapeauter ces activités et en est devenu l’administrateur exécutif. L'ensemble de l'opération permet aux deux associés d'afficher une approche Belux.

Ce changement va nous permettre d’être les meilleurs compétiteurs possibles d’Audi et de Mercedes.

Philippe Emond, directeur de l’enseigne BMW

«J’apporte ce que je sais faire, en voulant transmettre ma passion pour le produit, indique Philippe Emond à Paperjam.lu. Sans bousculer les fondamentaux, le chef d’entreprise entend travailler avec le constructeur et le nouvel actionnaire pour donner une nouvelle impulsion à la concession BMW.

L'arrivée de la marque Bilia-Emond sera d’ailleurs symboliquement marquée par une soirée de lancement le 14 septembre à Luxexpo. «Ce changement arrête de fait la concurrence qui existait entre Kontz et notre entreprise, ce qui va nous permettre d’être les meilleurs compétiteurs possibles d’Audi et de Mercedes», ajoute Philippe Emond. 

Process et gouvernance

Un positionnement qui fait sens au regard du succès de Mercedes et de la bonne place d’Audi parmi les flottes de sociétés, pour ne parler que de cette partie des ventes. Outre un travail sur le long terme dans la relation client, deux chantiers ont déjà été entrepris.

Le premier concerne le DMS (dealership management system), le système central de fonctionnement d’une concession. «La migration est en cours», précise Philippe Emond. «Nous serons la première concession au monde à disposer de la dernière version du DMS de BMW.» 

Sur le plan de l’organisation interne, la mise en place d’un «board» composé de responsables métiers déterminera la gouvernance de l’entreprise qui pèse 70% des ventes de BMW au Luxembourg et 100% du marché Mini.

Restera à jauger l’adéquation d’un développement potentiel de l’activité avec les locaux actuels et historiques de la route de Thionville où Bilia restera locataire durant quatre ans, le groupe Kontz demeurant propriétaire de l’immeuble.