POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Brasserie nationale

Nouveau look pour une ancienne bière



Les changements se font dans la continuité chez Battin. (Photo: Maison Moderne Studio)

Les changements se font dans la continuité chez Battin. (Photo: Maison Moderne Studio)

La gamme Battin connaît un renouvellement de son image, subtile et peu visible, qui met en évidence les valeurs traditionnelles de la marque.

«C’est une bière de tradition», martèlent en chœur les responsables de la Brasserie nationale qui ont eu à cœur de mettre en évidence cette tradition sur les nouvelles étiquettes et bouteilles de leur gamme prémium. En effet, la Battin a été créée en 1937 par un certain Charles Battin, dans une petite brasserie artisanale originaire d’Esch-Sur-Alzette.

Rachetée en 2004 par la Brasserie nationale pour diversifier sa production, la bière ambrée n’a pas changé de recette et est toujours brassée selon la tradition et les règles de l’art. Après quelques années, voyant le succès croissant des bières de niche, ou bières spéciales, les Battin «fruitées» (aux parfums de cerise et de quetsche) et «extra» (légèrement plus forte) sont apparues en 2006, puis la «blanche» (où l’on perçoit l’agrume et la coriandre) en 2013, suivies de la «triple» (à triple fermentation, qui titre à 8%), l'année dernière.

Nous ne voulions pas déstabiliser le consommateur.

Eymeric Germain, responsable de la marque Battin

La gamme comprend donc cinq bières différentes, correspondant à des arômes ou à des ambiances différents. Représentant aujourd’hui environ 20% de la production de la Brasserie nationale, et 25% de son chiffre d’affaires, la Battin connaît un succès croissant, la production ayant été multipliée par cinq depuis 2004 pour atteindre 36.000 hectolitres en 2015 (contre 155.000 pour la Bofferding).

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

«Forte de ce succès, la marque Battin entend bien renforcer son développement en rafraîchissant son identité visuelle», explique Eymeric Germain, responsable de la marque. Pour autant, l’évolution visuelle s’avère très discrète et donne plutôt une impression de revenir à des attributs du passé. «Nous ne voulions pas déstabiliser le consommateur tout en mettant en avant les valeurs intrinsèques de la marque: qualité, authenticité et savoir-faire.»

Aussi, le roi Gambrinus, apparu en 2003, est toujours présent, et les mentions «depuis 1937» ou «brassée selon une recette ancestrale» ont fait leur apparition. Enfin, les médailles, symboles de succès, ont remplacé l’image des cuves. Sur les packs, le changement est plus visible, les photos ayant été remplacées par des fonds graphiques aux couleurs de la marque, «une façon d’apporter une unité à la gamme». À noter que le logo a aussi été légèrement retravaillé: son graphisme fait ainsi mieux ressortir le caractère naturel de cette bière. Autre nouveauté, les bières spéciales sont désormais vendues en packs de quatre bouteilles et non plus six, pour favoriser l’aspect dégustation.

D’autres actions de promotion et de communication à destination des bars et des magasins ponctueront l’année 2016.