POLITIQUE & INSTITUTIONS

Expo universelle

[email protected] 2010 : + 5,8 millions



La Gëlle Fra est rentrée au pays, le pavillon luxembourgeois est resté en Chine. ( Photo : Luxembourg.public.lu )

La Gëlle Fra est rentrée au pays, le pavillon luxembourgeois est resté en Chine. ( Photo : Luxembourg.public.lu )

Le groupement d’intérêt économique qui a piloté le pavillon luxembourgeois à la dernière exposition universelle a terminé sa mission et clôturé ses comptes. Un réel succès, au-delà de la formidable vitrine mondiale pour le pays : le GIE a dégagé un solde positif de plus de 5,8 millions d’euros.

Le groupement d’intérêt économique (GIE) [email protected] 2010 a enfin pu clôturer ses comptes. Le rapport de fin de mission a été communiqué ce lundi, quelques jours après que Robert Goebbels, qui était commissaire général pour le pavillon luxembourgeois à l’exposition universelle, ait envoyé sa démission au Premier ministre Jean-Claude Juncker.

Le succès est, incontestablement au rendez-vous. Pour rappel, quelque 72,8 millions de visiteurs ont fréquenté l’exposition universelle, formidable vitrine planétaire. Et près de 10 % d’entre eux (plus de 7 millions de visiteurs) ont visité le pavillon grand-ducal, flanqué de la célèbre Gëlle Fra sur son parvis.

Donation au peuple chinois

La participation luxembourgeoise a été «l’opération de relations publiques probablement la plus réussie qu’ait organisé notre pays», souligne le rapport qui précise que «tous les secteurs économiques ont pu se présenter favorablement à Shanghai», notamment lors des journées organisées par la Chambre de Commerce, le ministère de l’Économie et du Commerce extérieur, Luxembourg for Finance, Luxembourg for Finance et l’ABBL ou le ministère du Tourisme, le programme culturel étant placé sous la houlette du ministère de la Culture.

Le pavillon national, signé François Valentiny (Hermann & Valentiny), lauréat d’un concours d’architectes – validé avec son budget initial de près de 9 millions d’euros par la Chambre des députés en juillet 2008 – a séduit. Il est d’ailleurs resté sur le site. Le 20 octobre dernier était signé l’acte de donation de l’édifice luxembourgeois au peuple chinois. Les organisateurs de l’Expo n’ont accordé ce privilège de pérennité qu’à cinq autres réalisations nationales, en dehors du pavillon chinois.

Le solde pour Luxembourg for Business

Cet acte a permis, aussi, de réduire les dépenses liées au pavillon. Il était notamment prévu des frais de démantèlement et de remise en état du site occupé, pour environ 1,5 million d’euros, ce qui, du coup, n’avait plus lieu d’être. En outre, le décompte final des dépenses validées par l’Administration des Bâtiments publics se monte à 6.207.000 euros. D’où une économie de 2,8 millions par rapport au projet voté…
Le GIE, présidé par Robert Goebbels, a mené la barque avec un sens certain de la gestion. À la base (en octobre 2006), le conseil de gouvernement avait estimé que la participation pourrait coûter quelque 20 millions, dont la moitié à charge du secteur privé. Le rapport de juillet 2012 précise que 2,4 millions ont été dépensés au Luxembourg, pour des prestations diverses, et ont donc « directement profité à l’économie nationale ». En bout de course, un solde positif de 5, 8 millions d’euros est disponible. Cette somme, précise le rapport, a été transférée à Luxembourg for Business, afin de profiter à la promotion économique du pays.

Public-privé

L’Expo universelle aura donc été une bonne opération. Si de nombreux partenaires, industriels ou prestataires de services, avaient été contactés en 2006-2007, peu de sociétés avaient accepté de s’engager financièrement. In fine, le GIE, constitué le 20 décembre 2007 et qui vient donc de se dissoudre par la fin de mission et son rapport de gestion, avait rassemblé l’État, la Chambre de Commerce, ArcelorMittal, SES et Cargolux. D’autres sociétés ont contribué financièrement au projet : l’Entreprise des P&T, RTL Group, Husky Injection Molding, Clearstream International, ainsi que la Place, via Luxembourg for Finance.
Sujette à polémique, l’opération Gëlle Fra, permettant à la célèbre statue de voyager en Chine et de s’exposer universellement, a laissé une charge nette de quelque 80.000 euros au GIE. Là aussi, des partenaires privés y sont allés de leur parrainage : BGL BNP Paribas et Bank of China Luxembourg pour la contribution directe, Foyer qui a assuré l’opération gratuitement et Cargolux, pour le transport de l’œuvre, sans frais facturés.