POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Glyphosate

L’Efsa une nouvelle fois mise en cause



Pour Christopher Portier, il existe un lien évident entre glyphosate et cancer que n'ont pas su détecter les experts de l'Efsa. (Photo: DR)

Pour Christopher Portier, il existe un lien évident entre glyphosate et cancer que n'ont pas su détecter les experts de l'Efsa. (Photo: DR)

Selon un scientifique américain de renom, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa) a ignoré des études démontrant un lien évident entre le glyphosate et certains cancers. Il vient d’en informer le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, au moment où il est question de prolonger l’autorisation de ce produit en Europe.

Alors que la Commission européenne a proposé le 16 mai de prolonger pour une durée de 10 ans l’autorisation du glyphosate – mieux connu sous le nom de Roundup que produit l’Américain Monsanto – un toxicologue de renommée mondiale considère que l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Efsa), sur laquelle la Commission s’est appuyée pour prendre sa décision, n’a pas tenu compte du danger de ce produit, que révèlent pourtant plusieurs études.

Dans un courrier qu’il a adressé ce lundi à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, Christopher Portier, ancien directeur de plusieurs institutions de recherche fédérales américaines, indique que l’analyse de données d’études confidentielles transmises par les industriels aux autorités européennes – auxquelles le scientifique a eu accès – met bien en évidence des cas de cancer liés au glyphosate.

Juncker prié de «s’abstenir»

Par «autorités européennes», Christopher Portier entend l’Efsa, mais également l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) «qui auraient échoué à identifier tous les cas statistiquement significatifs d’augmentation d’incidence de cancers dans des études menées sur des rongeurs».

Pour le scientifique, ces nouveaux éléments doivent être inclus dans l’évaluation qui a conduit la Commission à proposer la reconduction de l’autorisation du glyphosate. Et en attendant, il a demandé à Jean-Claude Juncker «de s’abstenir de prendre toute décision» sur ce produit plus que controversé.

L’évocation de ce courrier par nos confrères du Monde, intervient alors qu’une action devrait bientôt être menée contre l’Efsa – pour défaut de code de conduite sur les études qu’elle soutient – au niveau de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) et que le Parlement européen, comme l’a confirmé à Paperjam.lu l’eurodéputé luxembourgeois Claude Turmes, pourrait décider de la mise sur pied d’une commission d’enquête chargée de se pencher sur les pratiques de cette même Autorité européenne de sécurité des aliments.