PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Private Equity

Commerce

Zooplus, la bonne affaire de Luxempart



La pandémie a dopé les ventes de Zooplus, l’Amazon de l’alimentation des animaux de compagnie. 2021 devrait être une année record après un premier semestre à plus d’un milliard de recettes. (Photo: Shutterstock)

La pandémie a dopé les ventes de Zooplus, l’Amazon de l’alimentation des animaux de compagnie. 2021 devrait être une année record après un premier semestre à plus d’un milliard de recettes. (Photo: Shutterstock)

La société d’investissement Luxempart annonce dans un communiqué qu’elle cédera une partie de ses actions dans l’animalerie en ligne Zooplus dans le cadre de la prise de contrôle par Hellman & Friedman. Une juteuse opération à 93 millions d’euros.

François Tesch et son équipe avaient eu le nez creux. Dès 2016, la société luxembourgeoise d’investissement, Luxempart, avait décidé d’investir 15 millions d’euros dans Zooplus. L’Amazon allemand de l’alimentation pour animaux né en 1999 avait de bons fondements, mais un cours en bourse englué à 120 euros. L’année suivante, la société luxembourgeoise avait renforcé sa position dans une série d’investissements d’accompagnement à 48,44 millions d’euros.

Aujourd’hui, elle se dit prête à céder une partie des 4,99% qu’elle détient à Hellman & Friedman, qui a monté une OPA amicale à 3 milliards d’euros pour détenir la majorité du groupe dirigé par Cornelius Pratt. Entre-temps, Zooplus a profité à plein de la pandémie de Covid-19: les propriétaires d’animaux de compagnie se sont massivement tournés vers elle pour se pourvoir en nourriture. En 2020, les ventes ont bondi de 18% à 1,8 milliard d’euros, pour 8 millions de clients dans 30 pays.

Et 2021 sera encore meilleure. La société a annoncé, à l’occasion de ses résultats semestriels le 17 août , avoir passé la barre du milliard de recettes sur six mois. Trois jours plus tôt, Zooplus avait annoncé un partenariat stratégique avec Hellman & Friedman, qui a proposé 390 euros par action pour racheter 50% des parts plus une et porter la société munichoise à un niveau encore supérieur.  Soit un bonus de 40% sur les trois derniers mois ou de 34% sur le plus haut historique.

Hellman & Friedman, qui a près de 80 milliards (de dollars) d’assets sous gestion, avait annoncé mi-juillet avoir levé près de 25 milliards de dollars en injectant elle-même 1,8 milliard dans son dixième fonds d’investissement. Avec toujours le même objectif: ne pas être coté.

Pour Luxempart, la vente générerait un profit de 93 millions d’euros, soit 2,2 fois le coût de l’investissement.