PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Wealth management

Gestion de patrimoine

Sopiad dans le WealthTech 100 2022



Un an après son lancement officiel, Sopiad entre dans le top 100 des fintech les plus intéressantes dans la gestion de patrimoine. (Photo: Gilles Lemoine/Sopiad)

Un an après son lancement officiel, Sopiad entre dans le top 100 des fintech les plus intéressantes dans la gestion de patrimoine. (Photo: Gilles Lemoine/Sopiad)

Sopiad, la spin-off de HEC Liège, née en 2017 et devenue une start-up à part entière l’an dernier, figure dans le top 100 des fintech les plus innovantes dans la gestion de patrimoine. Elles sont déjà sept à avoir des clients au Luxembourg.

Les Belges l’ont baptisée le «Docteur House de la gestion de portefeuille». Cinq ans après sa naissance au sein de HEC Liège et un an après son démarrage à 100% comme une start-up, la fintech belge Sopiad est la plus luxembourgeoise des fintech du nouveau WealthTech 2022 .

Imaginée par un professeur de finance de l’école, Georges Hübner, et cofondée avec Pierre Nemeth, qui en est devenu le CEO, Sopiad est capable de prendre le pouls de tous les «malades» de l’investissement, de sentir comment leur température augmente quand les choses ne se passent pas comme prévu, comment ils sont sous tension ou comment ils ont un appétit particulier pour les produits sucrés.

Kick-startée avec une subvention de 400.000 euros de la Région wallonne et après avoir levé 2 millions d’euros l’an dernier auprès du fonds d’investissement liégeois Noshaq, de Moury et d’Ardent Invest, la fintech est aussi membre de la Lhoft et de l’ABBL. Elle ambitionne, après un premier déploiement sur les marchés européens du Benelux, de la France, de l’Espagne et de l’Italie, d’aller se frotter à l’Amérique du Nord et à l’Asie. Parmi ses conseillers, on retrouve entre autres Pascal Denis, le partner en charge des fintech chez Deloitte.

Signe d’une tendance qui monte, sept autres fintech du top 100 ont des activités au Luxembourg. Des «vétérans»: l’Allemande  PSPlus , née à Munich en 1996, et la néerlandaise  Smart Communications  (1991) aux jeunes: la Bruxelloise Pax Familia (2017), la Française DreamQuark (2013) qui avait levé 14 millions d’euros en 2019, l’Allemande Finasoft (2016), la Française Particeep (2013) rejointe l’an dernier, pour une participation minoritaire, par SopraSteria ou encore la Brésilienne Britech (2014).

Cet article est issu de la newsletter hebdomadaire Paperjam Trendin’, le rendez-vous pour suivre l’actualité de l’innovation et des nouvelles technologies. Vous pouvez vous y abonner en cliquant ici.