COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

thought leadership

«Waste Side Story»: L’autre facette de la consommation



"Waste Side Story": L’autre facette de la consommation (Crédit photo : Fidelity)

"Waste Side Story": L’autre facette de la consommation (Crédit photo : Fidelity)

La propension des populations des pays développés à faire un usage unique des produits non seulement se développe rapidement dans les pays émergents, mais elle est également à l’origine d’une démultiplication de toutes sortes de déchets. Outre les ordures ménagères, il convient aussi de lister d’autres matériaux plus complexes, comme les déchets électroniques, chimiques et nucléaires, voire les débris de l’espace.

Le secteur des déchets surperforme le reste de l’économie

Selon la Banque mondiale, d’ici 2050, les pays développés produiront 25% de plus qu’aujourd'hui, les pays est-asiatiques 50% en plus et les pays du sud de l’Asie deux fois les volumes actuels. Dans ce contexte, les ménages, les entreprises et les États n’ont d’autre choix que de trouver des solutions à la fois économiques et environnementales pour gérer ces déchets. L’amélioration de la productivité de l’extraction de matériaux vierges (c’est-à-dire veiller à une première extraction de matières premières aussi efficace que possible) et la réduction des déchets sont essentielles, mais l’avenir du secteur des déchets dépendra d’un basculement potentiel vers l’économie circulaire. Une économie circulaire est une économie dans laquelle les ressources sont utilisées au maximum avant d’être transformées en d’autres produits ou bien sont retournées à l’état naturel, par opposition à une économie linéaire où les matières premières servent à produire des produits qui seront finalement jetés.

La deuxième tendance majeure concerne l’avènement de nouvelles destinations des déchets, en particulier en provenance des pays développés. Ce phénomène a débuté en 2018 lorsque la Chine a décidé de fermer ses portes aux importations de déchets en raison de l’augmentation des préoccupations environnementales. Les autorités ont interdit l’importation de 24 types de déchets recyclables et solides (considérés pour la plupart comme contaminés). Cette réforme législative (connue sous le nom de «Chinese Sword») a déclenché une crise mondiale dans la gestion des déchets en raison de la suppression de leur principale filière d’élimination. Au cours des 20 dernières années, les pays développés ont exporté plus de 70% de leurs déchets vers la Chine en vue de les traiter et de les recycler.

La troisième tendance, qui n’est pas sans lien avec la deuxième, est le durcissement de la réglementation. Les autorités européennes ont pris l’initiative, en particulier sur les plastiques, et le message qu’elles ont envoyé se répand. En effet, plus de 40 pays ont introduit des législations relatives aux sacs plastiques ou les ont tout simplement interdits, et d’autres devraient leur emboîter le pas. Dans d’autres pays, des subventions ou des allégements fiscaux ont été mis en place pour encourager le recyclage et la valorisation énergétique des déchets.

Secteurs-clés: collecte, recyclage, énergie et technologie

L’ensemble de la chaîne de valeur présente des opportunités:

Collecte

Le mode de collecte des déchets dépend des réglementations locales. Dans les pays développés, les déchets sont généralement pré-triés avant la collecte des déchets finaux (produits résiduels), des matières recyclables humides (matières organiques et aliments) et des matières recyclables sèches (papier, plastique, carton, verre, boîtes de conserve).

Recyclage: déchets électroniques, alimentaires et plastiques

Le recyclage offre de multiples sources de revenus car de nombreuses étapes du processus de traitement peuvent être créatrices de valeur, et pas seulement au moment de la revente. En outre, une fois triés, la production de produits recyclés est moins onéreuse et plus efficiente que celle des matériaux vierges.

Production d’énergie

Autre secteur de croissance, les usines de valorisation énergétique des déchets. Ces installations brûlent les déchets solides des municipalités, du plastique aux feuillages en passant par les produits animaux, pour produire de l’électricité.

Ruptures technologiques: les poids lourds, les batteries et les dosettes de café

Compte tenu de l’augmentation des volumes de déchets pris en charge sur leur territoire, les pays développés vont devoir mettre en place des systèmes de traitement efficaces. Pour cela, ils vont devoir investir dans les nouvelles technologies. Par exemple, depuis l’interdiction des importations chinoises, les nouveaux entrants rebattent les cartes du commerce des matières recyclables par le biais de plates-formes en ligne, créant ainsi des sources de revenus supplémentaires pour les entreprises de recyclage.

Alors que la gestion des déchets connaît une croissance soutenue, les nouveaux entrants vont selon nous rebattre les cartes

Le secteur des déchets a toujours été dépendant du financement des collectivités locales. Mais la situation ne cesse d’évoluer car le rejet de vastes quantités de déchets – en particulier de plastique – devient de plus en plus inacceptable sur le plan social et environnemental et les opportunités à la disposition des entreprises se font de plus en plus évidentes. Nous pensons que les nouveaux entrants vont se multiplier, qu’ils vont rebattre les cartes du marché de la gestion des déchets et qu’ils offriront aux investisseurs des opportunités de création de valeur à long terme.

Accéder à l’ article complet ici