POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Conflit commercial

Washington surtaxe différents produits européens



278238.jpg

Les Américains paieront désormais les vins et champagnes français 25% plus cher. (Photo: Shutterstock)

Ce 18 octobre, de nouvelles surtaxes sont entrées en vigueur aux États-Unis sur différents produits européens pour un total de 7,5 milliards de dollars. Une conséquence du conflit entre Boeing et Airbus.

Depuis ce vendredi 18 octobre, les ménages américains achèteront le vin français 25% plus cher que la veille. Ainsi en a décidé l’administration Trump qui a ordonné de taxer pour 7,5 milliards de dollars de produits européens. Sont également visés les avions Airbus, le whisky écossais, le fromage italien et divers produits industriels.

Cette action fait suite à  la décision de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)  qui a autorisé les États-Unis à taxer des produits du Vieux Continent à cette hauteur dans le cadre du conflit commercial entre Airbus et Boeing.

Une chance pour la négociation

L’OMC a estimé, le 2 octobre dernier, que les aides fournies par les pays européens à l’avionneur Airbus étaient illégales. En autorisant Washington à taxer pour 7,5 milliards de dollars de produits européens, l’arbitre du commercial mondial a rendu son verdict le plus sévère depuis sa création.

Le 16 octobre dernier, Donald Trump s’en était encore pris aux Européens, estimant qu’ils imposaient des barrières énormes aux produits américains. Mais soufflant, comme à son habitude, le chaud et le froid, le président américain s’est également déclaré prêt à négocier.

Il faut savoir que le conflit entre les deux avionneurs civils historiques, vieux de 15 ans, n’a pas encore rendu l’entièreté de son verdict. Les Européens pourraient prochainement remporter d’autres manches à leur tour et sanctionner également les produits américains.

Dès le 2 octobre, les Européens avaient conseillé à Washington d’utiliser la voie de la négociation pour ne pas envenimer les relations. Des rencontres devraient avoir lieu ce vendredi à Washington dans le cadre de la session d’automne du FMI.