POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

100 millions d’euros cachés

Les vrais-faux secrets de Takieddine au Luxembourg



258796.png

Le 40 avenue Georges Mandel, d’une valeur estimée à 12 millions d’euros, appartenait à deux sociétés anonymes luxembourgeoises, mises en faillite l’an dernier. (Photo: Google Street View / Montage Paperjam)

Le JDD a publié une infographie de plus de 100 millions d’euros d’avoirs cachés de Ziad Takieddine, un des intermédiaires qui aurait permis le financement illégal de la vie politique en France. Dont les deux tiers sont passés par le Luxembourg.

L’avenue Georges Mandel file vers la place du Trocadéro, à quelques centaines de mètres de là. Dans le très chic 16e arrondissement de Paris, le «40» peut paraître discret, mais ce très beau bâtiment, qui héberge The Box Company depuis 2016, a appartenu à la Société civile immobilière Lamartine, elle-même détenue par deux sociétés anonymes luxembourgeoises.

Illor I et Illor 2, inscrites au registre du commerce en 1998 et mises en faillite le 7 mai 2018, avaient chacune 50% de cette maison pour deux fois 5 millions d’euros. Maître Roy Reding en avait récupéré la gestion deux ans plus tôt.

Deux tiers des assets passent par Luxembourg

Cela faisait quatre ans qu’elles naviguaient à vue, comme un bateau fantôme, depuis la démission des trois administrateurs historiques au plus fort de la tempête subie par l’homme d’affaires franco-libanais. Ziad Takieddine était accusé d’avoir aidé au financement occulte de la campagne d’Édouard Balladur, campagne dont le directeur était un certain Nicolas Sarkozy. En 2012, alors candidat à la présidentielle française.

Cette maison, selon l’infographie des avoirs cachés de Ziad Takieddine, publiée cette semaine par le JDD , vaut 12 millions d’euros.

258716.jpg

L’infographie des avoirs cachés de Ziad Takieddine, attribuée à la justice libanaise. (Source: JDD)

En dehors des 6,5% détenus dans Athanor, une sicar luxembourgeoise, pour 30 millions d’euros par l’intermédiaire de la société anonyme Concerta (radiée en 2016), c’est le bien le plus cher de M. Takieddine via Luxembourg dans cette liste, qui comprend un yacht de 24,8 mètres «La Diva» et une concession de quai pour pouvoir l’amarrer à Antibes, des appartements et maisons à Paris ou au cap d’Antibes.

Les deux tiers de ces 104,36 millions d’euros passent par des sociétés luxembourgeoises (68,45). Si les deux Illor ont été mises en faillite (2018) et Concerta radiée en 2016, Immobilière Rivoli et Riviera Property sont toujours enregistrées au registre du commerce.

La liste libanaise n’est pas tellement différente du fac-similé de déclaration de patrimoine que Mediapart avait publié il y a huit ans . Sur le site dédié, le groupe de presse français expliquait que cette déclaration avait été remplie par l’homme d’affaires pour la banque Barclays, à laquelle il demandait un prêt. Le total des avoirs, détenus par des structures au Luxembourg et au Panama, se montait à 97,2 millions d’euros.

Après sept ans d’enquête, le dossier semble prendre une autre tournure, notait, la semaine d’avant, le JDD . Celle de la manipulation au lieu de la corruption, pour nuire à l’ancien président français, Nicolas Sarkozy.