COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

Investir pour le long terme

Volatilité: un allié ou un ennemi?



Il y a plusieurs bonnes raisons de ne pas craindre la volatilité et de l'accepter comme une composante essentielle de notre réalité.  Crédit: Capital Group

Il y a plusieurs bonnes raisons de ne pas craindre la volatilité et de l'accepter comme une composante essentielle de notre réalité. Crédit: Capital Group

Les réactions immédiates, face aux nouvelles informations, provoquent des fluctuations du marché qui sont souvent infondées – or, les entreprises, pour la plupart, ne changent pas fondamentalement du jour au lendemain. Pourtant, cette volatilité peut nous donner l’opportunité d'ajouter de la valeur à nos rendements au fil du temps.

Il y a plusieurs bonnes raisons de ne pas craindre la volatilité et de l’accepter comme une composante essentielle de notre réalité. En fait, les investisseurs peuvent même en arriver à considérer la volatilité comme leur alliée, car elle offre des opportunités précieuses. Ces derniers mois, il y a eu d’innombrables exemples d’entreprises du secteur de la consommation qui ont bien évolué malgré la crise, notamment celles qui sont plus orientées vers les produits de nettoyage ou les masques, en réponse au combat contre la propagation du coronavirus. Si le prix d’une action que vous détenez est trop élevé et qu’il a augmenté plus qu’attendu à cause d’événements temporaires, ceci peut présenter une excellente occasion pour vendre ou au moins réduire votre position. De même, lorsque le prix d’une action varie beaucoup sur le court terme, rappelez-vous toujours qu’elle pourrait rester un investissement intéressant sur le long terme. 

La reprise des marchés

«Les gens utilisent la volatilité à court terme comme une opportunité et un moyen de construire des positions dans des entreprises et des investissements pour lesquels ils ont une vision à long terme», explique Martyn Hole, directeur des investissements chez Capital Group. «Imaginez que vous avez une vision solide des paramètres sous-jacents d’une entreprise ou d’un marché, et une situation se présente qui offre un rendement à long terme attrayant. Si, pour une raison quelconque, il y a un mouvement de vente massive et que le prix de l’action baisse, ceci peut être un moment fantastique pour investir une première fois ou pour étoffer votre position existante.» 

Les investisseurs plus jeunes qui envisagent l’accumulation d’une épargne, la préparation d’une retraite et la construction d’un avenir doivent réfléchir en termes d’années, pas en jours, semaines ou mois. Il y a des périodes où les marchés boursiers s’affaiblissent et leur valeur baisse, mais ils finissent toujours par se redresser. M. Hole suggère que «les marchés haussiers durent 4 à 5 fois plus longtemps que les marchés baissiers, et les gains à la hausse que vous pouvez réaliser dans un marché haussier sont beaucoup plus importants que les pertes que vous subissez dans un marché baissier».

Il est convaincu que la volatilité est souvent due à des mouvements aléatoires, mais elle est assez simple à naviguer une fois que vous êtes arrivé à entendre le bon signal dans la cacophonie environnante. «Si une action, que vous envisagez de détenir dans une optique de long terme, voit son prix baisser de 20% en un mois, c’est une opportunité d’investir maintenant et de vous offrir plus d’actions pour la même somme d’argent. Si vous êtes convaincu des perspectives futures de l’entreprise, c’est une opportunité d’achat. Bien sûr, il y a certains cas, comme la découverte d’un cas de fraude, qui vont vraiment bousculer les paramètres fondamentaux! Mais heureusement, ce ne sont pas des événements très fréquents.»

Les marchés haussiers durent 4 à 5 fois plus longtemps que les marchés baissiers, et les gains à la hausse que vous pouvez réaliser dans un marché haussier sont beaucoup plus importants que les pertes que vous subissez dans un marché baissier.
Martyn Hole

Martyn Hole,  Directeur des Investissements,  Capital Group 

Un fait de la vie

Bien qu’à des niveaux d’intensité variable, il y aura toujours de la volatilité, et nous y serons toujours confrontés – il vaut donc mieux apprendre à voir «au travers» de celle-ci. Les gens réagissent aux nouvelles à court terme, ce qui peut provoquer beaucoup plus de mouvements dans les prix que les paramètres fondamentaux ne le suggèrent. Ces jours-ci, Bloomberg ou le Financial Times montrent les cours des actions en hausse ou en baisse de 2% à 4% en une seule journée. Est-ce justifié ? Le plus souvent, non, explique M. Hole: «À moins que vous ne parliez de fraude ou d’autres perturbations majeures, pour de grandes entreprises comme Apple ou Unilever, la valeur de ces entreprises reste plutôt stable. Le prix de l’action représente une valeur actualisée des flux de trésorerie futurs. Les entreprises ne changent pas fondamentalement du jour au lendemain!» 

Capital Group rémunère ses gestionnaires de portefeuille en examinant leur performance par rapport à leurs indices de référence sur une base glissante de 1, 3, 5 et 8 ans et en calculant le rendement de leur portefeuille. Ensuite, une formule donne la moyenne pondérée des quatre nombres, une moyenne où le rendement sur 8 ans a le plus grand poids. Ce calcul est à la base des bonus payés. Si la moyenne pondérée de ces nombres est négative, le bonus est nul. «Cela permet aux gérants de portefeuille d’avoir une vision à plus long terme et donne du temps à leurs idées pour se développer», explique M. Hole. «La durée de détention, le chiffre d’affaires, la façon dont nous analysons les entreprises, la façon dont nous récompensons les gestionnaires et analystes pour leurs efforts, tout cela est lié.»

Afin de réduire l’impact de la volatilité, de nombreux investisseurs utilisent l’effet du coût moyen – ou «dollar-cost averaging» en anglais. Cette technique implique l’investissement régulier d’une somme fixe dans le même titre. Réduire ses risques de cette façon, en particulier dans un marché volatil, peut vous aider à surmonter le biais «rétrospectif» ou la peur générale des pertes lorsque vous êtes appelé à prendre des décisions. «Chez Capital Group, nous pensons qu’il est tout simplement préférable d’étaler vos achats d’actions ou de fonds, c’est-à-dire d’acheter à intervalles réguliers et en quantités à peu près égales plutôt que d’essayer de trouver le moment parfait», explique M. Hole. «Dans l’ensemble, la volatilité est un fait de la vie. Et vu ce constat, il ne faut pas en avoir peur.»

Pour en savoir plus sur la manière dont les investisseurs à long terme peuvent tirer bénéfice de la volatilité, abonnez-vous à la lettre d’information de Capital Group ou consultez nos articles en ligne  ici .

Martyn Hole est directeur des investissements «actions» chez Capital Group. Il dispose d’une expérience de 38 ans dans le secteur financier, et a rejoint Capital Group il y a 17 ans. Avant cela, Martyn a travaillé chez JPMorgan AM. Martyn, basé à Londres, est diplômé de l’université de Cambridge, et détient un CFA.