POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Cinq annonces de Bausch à Metz

Voiture de fonction, avantage fiscal revu en 2021



265636.jpg

Entre Guy Keckhut et Fabrice Genter, le ministre de la Mobilité, François Bausch, a annoncé une réforme de l’avantage fiscal lié à la voiture de fonction. Les grosses cylindrées seront pénalisées, et ceux qui choisissent la mobilité douce auront un package plus avantageux. (Photo: Romain Gamba)

Invité par les Chambres de commerce de Metz et du Luxembourg à évoquer les enjeux et les solutions de la mobilité transfrontalière, mercredi après-midi, à Metz, le ministre de la Mobilité, François Bausch, a fait cinq annonces, dont celle d’une réforme de l’avantage lié à la voiture de fonction.

François Bausch n’a pas pris le risque de venir en TER depuis Luxembourg et d’arriver en retard. Mais le ministre de la Mobilité est quand même arrivé largement après le quart d’heure diplomatique au centre Pompidou-Metz, où l’attendaient une centaine de chefs d’entreprise de Moselle et du Luxembourg désireux de connaître ses vues sur la mobilité transfrontalière de demain.

«La route était bonne, mais je suis parti en retard», s’excuse-t-il tout sourire, au moment de dire, une nouvelle fois, que le Luxembourg ne vient pas en terrain conquis, mais en partenaire soucieux de participer au développement harmonieux des deux côtés de la frontière.

Même s’il a poliment déploré la lenteur française, puisque, alors que la Chambre des députés adoptait une nouvelle loi née de l’accord signé le 20 mars 2018 à Paris, les Français n’ont toujours pas présenté le texte équivalent devant l’Assemblée nationale, ce qui retarde les co-investissements luxembourgeois dans certains projets d’infrastructure en Lorraine.

Sauf dans quelques cas, comme à Thionville, où le maire, Pierre Cuny, a accepté de financer les travaux du park & ride avec la garantie que le Luxembourg tiendrait ses promesses.

Les investissements du Luxembourg dans les infrastructures se montent à 600 euros par an et par habitant, a-t-il rappelé, contre 50 euros en France et 340 euros en Suisse, souvent citées comme modèle. «C’est un choix politique.»

Soucieux de parler vrai, le ministre a fait cinq annonces.

1. Une réforme de l’avantage fiscal lié à la voiture de fonction

La conférence allait se terminer quand le ministre a évoqué une réforme de l’avantage fiscal lié à la voiture de fonction. Non seulement cet avantage sera lié aux émissions des voitures achetées, ce qui rendra moins intéressantes celles qui polluent le plus, mais le ministre entend créer un «package mobilité», avantage qui pourrait couvrir tous les aspects liés à la mobilité, comme l’abonnement au train, les frais dans le cadre du covoiturage ou l’abonnement à un parking adossé aux deux premiers. Ce package sera étudié dans le cadre de la réforme fiscale en 2021 pour être effectif en 2022.

2. La première autoroute intelligente

Le Luxembourg va mettre «en route» l’élargissement de l’A3 vers la France à deux fois trois voies. La troisième voie sera réservée en priorité aux voitures qui comptent trois occupants et aux bus. Pour réguler cette voie, l’infrastructure sera «intelligente», autrement dit bardée de capteurs et de technologies. Le Luxembourg est en pointe sur la voiture autonome avec le triangle franco-allemand-luxembourgeois et veut continuer à avancer sur cette question.

En aparté, François Bausch a dit mener des discussions avec les autorités françaises, nationales, régionales et locales, pour que cette portion d’autoroute intelligente soit étendue jusqu’à Thionville au moins. Il s’est aussi dit plutôt défavorable à l’idée d’un péage sur la partie mosellane de cette autoroute, par laquelle transitent chaque jour environ 77.000 voitures tous les matins.

3. Une nouvelle application implacable

La semaine prochaine, le ministre présentera une nouvelle application de calcul de trajets pour smartphone, avec plusieurs objectifs: montrer toutes les solutions de mobilité qui existent pour aller d’un point A à un point B, mais aussi leur coût et leur efficacité en temps réel. Ce n’est qu’une partie des annonces prévues la semaine prochaine.

À cette application sera adossée la mKaart. Utilisée pour la première classe, la carte de transport sera progressivement enrichie de services, comme les abonnements et les places disponibles de park & ride, les possibilités de carsharing des CFL, ou encore les différents services de vélos.

Cette carte, qui fait l’objet de tests au niveau européen pour que des acteurs de mobilité de différents pays puissent l’utiliser, pourrait devenir cet endroit unique auquel tout voyageur pourra s’adresser au lieu d’avoir un abonnement pour chaque point de son déplacement quotidien.

4. Une nouvelle application de carsharing

Copilote n’a pas rencontré le succès escompté. Propulsée par la filiale de la SNCF, iDVROOM, la solution de carsharing aura une nouvelle application très prochainement. Pourquoi? Parce que la filiale de l’opérateur français a été rachetée cet été par Klaxit. À Thierry Schidler, le patron de la plus grosse entreprise de transport par bus en Lorraine, qui lui posait la question, le ministre a répondu qu’un nouvel appel d’offres européen serait lancé l’an prochain pour les lignes de bus entre la Moselle et le Luxembourg pour un démarrage le 1er janvier 2021.

«Pour le carsharing, je trouvais que l’offre de Klaxit était plus intéressante, mais c’est celle de la SNCF qui a gagné et avec laquelle nous avons donc commencé», s’est-il amusé. Le ministre a aussi appelé les entreprises à se saisir de cette possibilité pour développer des «cadeaux», des avantages par rapport à ce que les usagers de la route vivent aujourd’hui. Il a notamment cité le cas de PwC, qui réserve des places de parking à ceux qui font du covoiturage, ce qui a dopé le covoiturage dans l’entreprise. Évidemment, tout dépend de la taille de l’entreprise et de la possibilité pour des salariés de partager la même voiture.

5. Bettembourg et le bout du tunnel

Bettembourg, haut lieu des problèmes que rencontrent les usagers du rail, lesquels l’ont d’ailleurs surnommée «Bordelbourg», devrait commencer à mieux fonctionner en 2023, quand les chantiers de dédoublement des voies et d’élargissement de la gare lui permettront de pouvoir gérer 60% de trafic supplémentaire par rapport à aujourd’hui. À partir de décembre 2023, la gare de Luxembourg ayant au préalable aussi été modernisée, s’ouvrira à une nouvelle ère. Mais il faudra véritablement attendre jusqu’à 2027-2028 pour que le nombre de places soit multiplié par deux et demi, et dans des conditions optimales, a précisé le ministre.