ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Résilience 

Voici les 16 nominés aux Recovery Awards



16 nominés pour 4 lauréats qui seront annoncés jeudi… (Illustration: Maison Moderne)

16 nominés pour 4 lauréats qui seront annoncés jeudi… (Illustration: Maison Moderne)

Les quatre lauréats des Paperjam Recovery Awards recevront leur trophée lors de la cérémonie du jeudi 2 décembre. Retrouvez la liste des 16 nominés dans les catégories Solidarité, Résilience, Innovation et Digitalisation.

La grande  soirée de remise des Recovery Awards  aura lieu le jeudi 2 décembre, à 18h30, à l’Athénée de Luxembourg. 16 nominés sont en lice dans quatre catégories. Cet événement organisé par Maison Moderne vise à mettre en avant des entreprises qui se sont montrées ingénieuses en cette période de crise. Le jury votant se compose de: Barbara Grau, sa présidente, responsable recherche et développement et innovation chez Luxinnovation; Emmanuel Gay, associé du cabinet Resultance;  Laurent Lucius , chef du projet Go Digital à la House of Entrepreneurship (Chambre de commerce); et Nobby Brausch, vice-président adjoint des services bancaires aux entreprises chez Spuerkeess. Ensemble, ils ont examiné les 52 candidatures reçues. Et ont retenu…

… dans la catégorie Solidarité:

L’Automobile Club Luxembourg (ACL). Il a mis à disposition du gouvernement huit véhicules, pendant la crise, pour favoriser le déplacement du personnel soignant à qui il a offert des prestations de dépannage. L’association a également mis en place un service de collecte ayant permis de distribuer une vingtaine d’ordinateurs potables pour les étudiants défavorisés qui devaient suivre leurs cours à distance et a aidé à récolter des pièces détachées pour que les initiateurs du projet 3D Print Let’s Fight Corona Luxembourg  puissent produire leurs visières de protection.

DuPont de Nemours. L’entreprise américaine qui fabrique des vêtements de protection  en Tyvek   pour le personnel médical depuis Contern a fait don de 57.000 de ces tenues aux organismes de santé nationaux en Italie, en Espagne, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Suisse, en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg (3.000 au ministère de la Santé). En plus d’avoir fourni 15.000 mètres carrés de Tyvek à la Direction de la coopération au développement et de l’action humanitaire luxembourgeoise, envoyés en Chine et en Espagne.

Metaform, ayant mis en ligne un modèle en open source permettant à chacun de produire, à partir d’une imprimante 3D, une visière de protection contre le Covid-19 . Le bureau d’architectes se proposait ensuite de les collecter pour les redistribuer aux hôpitaux et autres établissements de soins du pays. 2.500 ont ainsi été créées. Les frais relatifs à l’acquisition du matériel et au niveau du personnel se sont élevés à environ 40.000 euros.

So Graphiste, entreprise de communication, a lancé sur les réseaux sociaux l’écriture participative d’une histoire, celle de Léon, un petit caméléon. Elle l’a illustrée et, à la fin, l’a même imprimée en un livre d’histoires pour enfants, vendu en librairie. Les 3.078 euros récoltés ont été remis à l’association Natur&Ëmwelt, en mars 2021. Elle a réalisé un second tome depuis.

… dans la catégorie Résilience:

B2S, qui a transformé son restaurant La Chapelle, fermé pendant la crise, en l’épicerie The Shop’elle , alternative locale aux grandes surfaces. Le but était aussi de pousser les clients venus se procurer des produits de première nécessité à acheter en même temps leurs plats mis en bocaux, à emporter. Aujourd’hui, le restaurant, rouvert, compte sur l’effet inverse: que les clients venus se restaurer craquent sur les produits de l’épicerie qu’ils auront goûtés à table. L’investissement a représenté 50.000 euros, en comptant la refonte du site pour vendre ses boxes. Luxinnovation a financé 5.000 euros de digitalisation.

- La librairie Ernster a profité de la période pour améliorer son site internet. En plus de compter sur les entreprises de transport locales, elle a parfois elle-même livré ses clients, à vélo. Elle a aussi transféré une partie de ses employés de la librairie à la centrale téléphonique pour qu’ils puissent conseiller les clients à distance.

Luxair a mis en place tout un concept de «travel safe & clean» pour ses clients, de la désinfection complète de l’intérieur de l’avion à la distribution d’un kit sanitaire à tous ses passagers. La compagnie aérienne a aussi adapté ses modalités de remboursement ou de modification des vols pour les clients. Malgré la période difficile, elle a noué un partenariat avec l’artiste Sumo pour décorer ses avions et ouvert de nouvelles destinations, comme Belgrade, Oslo , ou l’île allemande de Sylt .

- L’entreprise de logistique Michel Greco a dû faire face à une forte demande en période de crise. Au lieu de livrer les clients en entreprise, elle a dû mettre en place de nouvelles tournées partout au Luxembourg pour les livrer lorsqu’ils travaillaient depuis leur domicile. Elle a aussi lancé un service de livraison de produits frais, Fresh, qui a nécessité l’acquisition d’une dizaine de camions frigorifiques et d’une unité réfrigérée pour le stockage. Elle a aussi réalisé toutes les livraisons de Letzshop et celles en masques ou en tests antigéniques au ministère de la Santé. Il a donc fallu assurer un service 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, alors que la société avait l’habitude de travailler entre 6h et 19h, en embauchant. Enfin, pour répondre à la demande des clients, elle a mis en place, pendant la crise, un outil de tracking permettant de suivre son colis.

… dans la catégorie Digitalisation:

BDO Luxembourg, cabinet d’expertise comptable et d’audit, a digitalisé une grande partie de ses processus, internes comme externes. Nouvelle solution de gestion documentaire, portail d’échange de documents, généralisation de la signature électronique… Des projets déjà imaginés mais largement accélérés par la pandémie.

Munhowen, fournisseur de boissons, s’est aussi mis sur internet en lançant son site d’e-commerce, drinx.lu. Le projet, déjà planifié, a été accéléré par la crise. Après 18 mois d’existence, le site génère déjà le même chiffre d’affaires qu’un point de vente moyen et devrait le dépasser rapidement selon les prévisions de l’entreprise. Le panier moyen en ligne, de 130 euros, est supérieur à celui en magasin physique.

Prolingua. En trois semaines, l’entreprise de formation en langues a passé tous ses cours au format virtuel. Elle propose désormais des cours au format phygital pour laisser le choix à ses clients entre suivre leurs leçons depuis chez eux ou au centre de formation. Cela devrait être le cas de 100% des cours collectifs à partir de janvier 2022 . Soutenu par le programme Neistart Lëtzebuerg, le centre de formation en langues a investi 400.000 euros pour équiper 15 salles de classe.

- Spécialisée dans le transport, Voyages Emile Weber a lancé son «roadbook» mobile. Une plateforme numérique par laquelle ses quelque 800 conducteurs ont accès à des cartes, des instructions et des avis. Cela permettrait d’économiser 200.000 feuilles de papier par an. Le groupe a également digitalisé ses agences de voyages avec son TravelCenter, permettant de conseiller les clients sept jours sur sept par vidéo, livechat, e-mail ou téléphone.

… dans la catégorie Innovation:

Grouplunch, plateforme spécialisée dans la livraison de repas en entreprise, a dû changer son fusil d’épaule avec la généralisation du télétravail. Elle a donc créé Foozo , qui s’adresse aussi aux particuliers. Les deux sites ont été regroupés en un seul, avec deux onglets, Lunch et Dinner, livrés au bureau comme à la maison. Un investissement de 260.000 euros, financé de près de moitié par le prix StartupVsCovid19. L’ancien Grouplunch s’est aussi lancé dans la création de nouvelles marques dédiées à la livraison, en collaboration avec des chefs. Sept ont été mises en place depuis 2020. Activité pour laquelle Foozo a investi 250.000 euros dans un laboratoire de création. Prochaine étape: une application – peut-être pour 2022.

Minusines a digitalisé son service client. L’entreprise de matériel électrique a mis en place des boxes d’appels vidéo insonorisées installées dans le magasin, dans lesquelles les clients peuvent se rendre pour passer leur commande et consulter les vendeurs par vidéo. Cela a permis de diminuer les files d’attente en caisse et de limiter les contacts directs pour freiner la propagation du Covid-19. L’entreprise développe maintenant un outil afin que les clients puissent faire de même, directement depuis chez eux.

Polygone. L’entreprise active dans la collecte de déchets a travaillé avec le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) à l’installation de capteurs sur les poubelles permettant de détecter quand il faut venir les vider, sans que le client – artisan, restaurateur, commune ou industriel – n’ait à s’en soucier.

Santé Services, filiale de la Fondation Hôpitaux Robert Schuman, a lancé sa propre production de masques dès fin août 2020 . Chirurgicaux, FFP2… mais surtout, plus innovant, elle s’est mise aux masques virucides, en collaboration avec Molecular Plasma Group (MPG), qui fournit les machines. Au total, près de 13 millions de masques ont été produits par l’entreprise qui a investi 1.630.000 euros dans ce projet, pris en charge à hauteur de 83% par des subventions étatiques.

Une entreprise lauréate par catégorie, jeudi

Le Prix de la solidarité sera remis par Resultance, celui de la résilience par la Chambre de commerce, celui de la digitalisation par Spuerkeess et celui de l’innovation par Luxinnovation. Les quatre entreprises lauréates seront récompensées d’un trophée symbolique. La cérémonie, en physique et avec repas, se fera en présence du ministre de l’Économie, Franz Fayot  (LSAP).