LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Foodzilla

terroir en grande région

Vin et architecture s’acoquinent au fil de la Moselle



Le projet transfrontalier Via Mosel’ va permettre de découvrir le terroir viticole de la Moselle dans les trois pays qu’elle traverse, au fil de ses quatre appellations et avec l’architecture comme trait d’union.  (Design: Sascha Timplan/Maison Moderne)

Le projet transfrontalier Via Mosel’ va permettre de découvrir le terroir viticole de la Moselle dans les trois pays qu’elle traverse, au fil de ses quatre appellations et avec l’architecture comme trait d’union.  (Design: Sascha Timplan/Maison Moderne)

Avec le nouveau projet Via Mosel’, les terroirs viticoles de la Moselle luxembourgeoise, française et allemande ont enfin leur entité œnotouristique transfrontalière. Avec un trait d’union supplémentaire: l’architecture.

C’est au sein du Domaine René Bentz qu’a été présenté, le mois dernier, au Luxembourg, Via Mosel’, un projet qui vise avant tout à promouvoir les terroirs viticoles de la Moselle d’une manière bien plus transfrontalière et grâce à un fil rouge patrimonial intemporel: l’architecture. Cette initiative ambitieuse émane d’une grande première en Europe: la constitution, en 2013, d’un groupement européen d’intérêt économique (GEIE) par les viticulteurs luxembourgeois, français et allemands des rives de la Moselle.

80 participants pour le lancement

Ce sont en effet près de 60 domaines viticoles et une vingtaine de villages viticoles à l’architecture remarquable et répartis sur les trois «nations mosellanes» qui permettront de mettre en valeur les quatre appellations constituant la vallée de la Moselle viticole (AOC Côtes de Toul, AOC Moselle, AOP Moselle luxembourgeoise, gU Mosel) entre Toul (Lorraine, France) et Coblence (Rhénanie-Palatinat, Allemagne), en passant par Remich (Luxembourg) et Perl (Sarre, Allemagne). Une sélection effectuée en amont par un jury composé d’architectes, de professionnels du tourisme et de représentants de la filière vin...

Au Luxembourg, ce sont 19 domaines et villages qui prennent part à cette aventure touristique, dont: Domaine Henri Ruppert, Domaine Sunnen-Hoffmann, Caves du Sud Remerschen, Domaine Schumacher-Knepper, Domaine Krier-Welbes, Caves René Bentz, Domaine Claude Bentz, Domaine Laurent & Rita Kox, Caves St Martin, Domaine viticole Cep d’Or, Domaine Alice Hartmann, Domaines Vinsmoselle, Winery Jeff Konsbrück, Wäistuff Deisermill – Schlink Domaine Viticole, et Caves Bernard-Massard.

Se jouer des frontières

Outre la promotion du terroir et de l’architecture viticoles, c’est le caractère transfrontalier qui joue le rôle de second moteur pour le projet Via Mosel’. Se jouer des frontières administratives, certes, mais aussi de celles de la langue, vue ici bien plus comme un vecteur de transmission qu’une barrière éventuelle, ou encore de celles qui séparent a priori des domaines comme la viticulture et l’architecture.

Beilstein, en Allemagne, ou Lucey, en France, sont eux aussi une partie intégrante de Via Mosel’, qui se joue des frontières pour mettre en valeur le terroir de la Grande Région. (Photo: DR)

1 / 2

Beilstein, en Allemagne, ou Lucey, en France, sont eux aussi une partie intégrante de Via Mosel’, qui se joue des frontières pour mettre en valeur le terroir de la Grande Région. (Photo: Christopher Arnoldi)

2 / 2

«Via Mosel’ doit donner envie à des visiteurs qui ne connaissent pas encore la vallée viticole de la Moselle de s’y rendre, mais aussi aux habitants de la Grande Région, qui pensent la connaître, de découvrir de nouveaux trésors architecturaux et viticoles, notamment dans les pays voisins», argumente ainsi Marc Weyer, président du GEIE Terroir Moselle.

D’un point de vue plus pratique, il est prévu que soit organisé un événement annuel Via Mosel’ au cours duquel il sera possible de visiter l’ensemble des structures dès que la situation sanitaire le permettra dans chacun des pays concernés. Les vignerons accueilleront alors eux-mêmes le public, proposeront des visites avec leur architecte, des conférences thématiques et des dégustations.

Deux exemples au Grand-Duché: Remerschen et le Domaine René Bentz

Le village de Remerschen est synonyme depuis longtemps de baignade, mais ne se limite pas à sa base nautique! Un de ses résidents emblématiques, François Valentiny , n’est autre que le célèbre architecte qui a construit le pavillon luxembourgeois à l’Exposition universelle de Shanghai, ou encore la «Turm der Träume und Sehnsüchte» à Trèves. De nombreuses œuvres de François Valentiny marquent la physionomie de son village: l’école primaire, des maisons particulières, l’auberge de jeunesse et la place du Village. Son centre futuriste de protection de la nature, le Biodiversum, jouit d’une renommée qui va bien au-delà de la région. Il a également érigé à Remerschen la «Valentiny Foundation», construction moderne aux allures de proue de bateau qui s’ouvre sur la rue avec des fenêtres en forme d’yeux de chat... Elle abrite une exposition permanente comprenant des dessins, modèles et sculptures du célèbre architecte.

Remerschen, et son architecture très reconnaissable signée Valentiny, fait partie du parcours patrimonial et viticole dessiné dans le cadre du projet Via Mosel’.                                (Photo: Christopher Arnoldi)

Remerschen, et son architecture très reconnaissable signée Valentiny, fait partie du parcours patrimonial et viticole dessiné dans le cadre du projet Via Mosel’. (Photo: Christopher Arnoldi)

Du côté de Wellenstein, lové en plein cœur des vignes, le Domaine René Bentz est une construction à l’architecture moderne marquée par des lignes droites. Deux générations y travaillent main dans la main: René Bentz, qui a appris le métier en France, en Champagne plus exactement, et son fils Nicolas, qui a fait ses études en Allemagne.

Le Domaine René Bentz, géré par René et son fils Nicolas, est lové dans les vignes de Wellenstein, le long de la Moselle luxembourgeoise. (Photo: Christopher Arnoldi)

Le Domaine René Bentz, géré par René et son fils Nicolas, est lové dans les vignes de Wellenstein, le long de la Moselle luxembourgeoise. (Photo: Christopher Arnoldi)

Pour produire leurs vins et crémants, père et fils cultivent neuf hectares de vignes dans la vallée de la Moselle luxembourgeoise, où ils organisent également des journées portes ouvertes et des randonnées culinaires. La salle de dégustation conviviale aux baies vitrées, comme la terrasse couverte, permet aux visiteurs de déguster un pinot gris, un auxerrois ou un riesling tout en profitant d’une jolie vue sur les vignes. Père et fils vinifient également d’autres cépages, tels que le pinot blanc, le pinot noir, le chardonnay, ou encore le Saint-Laurent…

Caves René Bentz: 1, op Mäsgewaan, Wellenstein, T. 23 66 08 84

Au fil des mois, Paperjam plongera tête la première dans les méandres de la Moselle viticole et vous fera découvrir tous les bons plans relatifs à ce joli projet. En attendant, plus d’informations sont à retrouver sur la page de Via Mosel’ , et un site dédié devrait être mis en ligne très bientôt. 

Vous n’êtes pas encore abonné à la newsletter hebdomadaire Paperjam Foodzilla?  C’est ici!