ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

En travaux

Une nouvelle jeunesse pour la Villa Kutter



Axonométrie de la villa telle que projetée par Diane Heirend architecture & urbanisme. (Illustration: Diane Heirend architecture & urbanisme)

Axonométrie de la villa telle que projetée par Diane Heirend architecture & urbanisme. (Illustration: Diane Heirend architecture & urbanisme)

L’emblématique villa du peintre Joseph Kutter, connue pour être l’une des rares réalisations de style Bauhaus à Luxembourg, est en cours de rénovation avec l’aide attentive et respectueuse de Diane Heirend architecture & urbanisme.

La Villa Kutter est connue des amateurs d’architecture au Luxembourg. Réalisée pour le peintre Joseph Kutter et son épouse, la famille y vécut pendant de nombreuses années, y compris après le décès du peintre. Aujourd’hui, après être passée entre les mains des héritiers directs et indirects, la maison appartient à des amis de la famille. Mais, au fil du temps, elle a connu plusieurs changements, dont certains ont dénaturé les idées originales. La volonté des actuels propriétaires est de retrouver les lignes initiales de la maison, tout en assurant un aménagement intérieur répondant à leurs besoins.

Une histoire en plusieurs étapes

En 1927, Joseph Kutter et Rosalie Sedlmayr achètent un terrain au 94 avenue Pasteur, à Luxembourg. Ils demandent à l’architecte Fritz Breuhaus d’élaborer un projet qui se concrétise en l’avant-projet dénommé «la Cour du Peintre», lequel n’aboutira jamais. Le couple décide alors de confier le dessin de sa maison à Hubert Schumacher qui dresse des plans pour une résidence qui sera l’un des tout premiers exemples du style international à Luxembourg. Le projet est autorisé le 27 décembre 1927, mais, jugé trop petit par Kutter, il est révisé en février 1928 et construit dans la foulée. Cette construction se distingue par ses volumes cubiques rendus possibles grâce à de grandes toitures-terrasses, alors inédites au Luxembourg. L’agencement intérieur de la maison correspond aux besoins d’une famille bourgeoise, avec un salon pour recevoir, une cuisine, une dépendance et une chambre pour la bonne. Les chambres sont traditionnellement à l’étage. Joseph Kutter disposait de son atelier dans la maison, avec un accès séparé par l’extérieur. Les grandes toitures plates servaient à la famille pour faire de la gymnastique et profiter des rayons du soleil, répondant ainsi aux nouvelles tendances de l’époque. La maison connaît toutefois quelques modifications dès 1937 et des problèmes d’étanchéité liés aux toitures plates sont mis au jour.

Vue de la Villa Kutter en 1931. (Photo: Photothèque de la Ville de Luxembourg)

Vue de la Villa Kutter en 1931. (Photo: Photothèque de la Ville de Luxembourg)

En 1941, le peintre meurt d’un accident vasculaire cérébral, et, en 1942, Mme Kutter-Sedlmayr demande à l’architecte Arthur Thill de recouvrir les toitures plates d’une toiture en pente, donnant à la construction un style plus bavarois, sa région d’origine. En plus de ces transformations concernant le toit, des modifications sont aussi apportées à certaines fenêtres, et dans l’agencement intérieur. En relativement peu d’années finalement, la maison est remaniée en de nombreux points, lui faisant perdre au fur et à mesure la spécificité du dessin architectural d’origine.

Façade avant de la situation existante. (Illustration: Diane Heirend architecture & urbanisme)

1 / 4

Façade arrière de la situation existante.  (Illustration: Diane Heirend architecture & urbanisme)

2 / 4

Façade droite de la situation existante (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

3 / 4

Façade gauche de la situation existante (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

4 / 4

Une rénovation respectueuse

Aujourd’hui, la villa appartient à un couple dont la femme était une amie de la petite-­fille de Joseph Kutter. Les propriétaires, tous deux artistes, sont très attachés à la maison. Ils ont demandé à Diane Heirend de les accompagner dans la rénovation de la maison et d’essayer de retrouver le plus possible l’idée originale de cette construction, sans effacer complètement ses différentes transformations.

Situation projetée de l’aménagement extérieur. (Illustration: Diane Heirend architecture & urbanisme)

1 / 8

Situation projetée de la façade avant. (Illustration: Diane Heirend architecture & urbanisme)

2 / 8

Situation projetée de la façade arrière (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

3 / 8

Situation projetée de la façade droite (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

4 / 8

Situation projetée de la façade gauche  (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

5 / 8

Plan du rez-de-chaussée (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

6 / 8

Plan du premier étage  (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

7 / 8

Plan de la toiture terrasse (Illustration : Diane Heirend architecture & urbanisme)

8 / 8

Pour ce faire, le bureau de Diane Heirend a réalisé un important travail de recherche, retrouvé les plans d’époque, les différentes étapes des transformations, parcouru les archives disponibles, mais aussi effectué des sondages sur les murs avec l’aide du restaurateur Thomas Lutgen. «Grâce aux différents plans d’époque, nous avons pu réaliser des sondages ciblés pour mieux comprendre cette architecture et les transformations de cette maison, explique Diane Heirend. Certaines transformations sont assez difficilement compréhensibles, comme le surbaissement du plafond dans l’atelier et le mur qui y a été construit devant la verrière dans les années 1980. D’autres, par contre, témoignent de la recherche d’un confort accru, comme le déplacement de la verrière vers un mur mieux orienté pour davantage de lumière ou la transformation de l’atelier en salon après la mort de Joseph Kutter. Notre approche est de prendre cette maison avec tout son bagage et de lui donner une nouvelle vie, dans le respect de l’existant, tout en l’adaptant aux besoins des nouveaux occupants.» C’est ainsi que l’ancien ensemble cuisine-office-chambre de bonne est transformé en espaces d’atelier pour les nouveaux propriétaires. Les toitures-terrasses seront restaurées pour retrouver la silhouette d’origine de la villa. L’autorisation de bâtir a été accordée et les travaux vont pouvoir se dérouler. La livraison est attendue vers 2023.

Fiche technique

Clients: Privés

Architectes: Diane Heirend architecture & urbanisme

Ingénieurs: HLG Ingénieurs-Conseils

Localisation: Luxembourg-Limpertsberg

Livraison: 2023

Cet article a été rédigé pour le hors-série Paperjam Architecture + Real Estate , paru le 18 novembre 2021 et disponible à l’achat en kiosques ou sur  l’e-shop de Maison Moderne .

Le contenu du hors-série est produit en exclusivité pour le hors-série, il est publié sur le site pour contribuer aux archives complètes de Paperjam.