ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

À CONTRE-COURANT

Le «vétéran», point faible des start-up européennes



285878.jpg

L’équilibre d’une start-up peut être menacé par l’arrivée d’un vétéran, censé donner de la crédibilité au projet, mais hors du projet lui-même. Un signe de faiblesse pour des VC. (Photo: Shutterstock)

Les causes des défaillances des start-up européennes sont multiples et se combinent. L’une d’entre elles est rarement pointée: le rôle du vétéran, que l’entreprise désigne comme ambassadeur.

Le mouvement est assez connu: au moment où une start-up a achevé la première phase de son bricolage initial et où elle veut aller à la rencontre de VC et autres investisseurs, elle fait monter à son conseil d’administration, ou dans un comité d’experts parallèle, de vieilles gloires, parfois opportunistes, du secteur des télécoms ou des technologies des années 1990, voire 2000.

Une mauvaise idée, pour Alice Zagury, une des fondatrices de The Family, incubateur alternatif de start-up à Paris. Tout comme l’idée de suivre les conseils d’investisseurs qui n’ont eux-mêmes aucune expertise d’une nouvelle technologie n’est pas non plus la bonne méthode.

Une piqûre de rappel de Slush .