PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Fusion Caixa-Bankia

Vers un nouveau poids lourd bancaire en Espagne



Les actionnaires de Caixa Bank détiendront trois des actions du futur groupe. (Photo: Shutterstock)

Les actionnaires de Caixa Bank détiendront trois des actions du futur groupe. (Photo: Shutterstock)

Les conseils d’administration des banques espagnoles Caixa Bank et Bankia ont avalisé la fusion entre les deux institutions. Ensemble, ils formeront le premier groupe bancaire du pays.

Le contexte des taux bas qui s’éternise en Europe pousse les banques à trouver des solutions de rentabilité, parfois de survie. Et, comme souvent, la solution passe par des rachats ou des fusions.

En Espagne, où le secteur est déjà passé de 55 à 12 établissements depuis la crise de 2008, Caixa Bank et Bankia ont annoncé une opération de fusion afin de créer la plus grande banque du pays. Une opération approuvée par les deux conseils d’administration.

Dans la pratique, c’est Caixa Bank qui procède au rachat de Bankia, dont l’État espagnol détient près de 62% des actions. Logique, elle vaut le double en actifs et le triple en capitalisation boursière.

650 milliards d’euros d’actifs

Ensemble, les deux banques totaliseront quelque 650 milliards d’actifs. Elles dépasseront donc Santander et BBVA au niveau des actifs et de la capitalisation boursière, qui atteint plus de 16 milliards d’euros en cumulé.

Le futur groupe emploiera plus de 51.000 personnes et détiendra 6.300 agences sur le sol espagnol. Mais les syndicats craignent des coupes à ce niveau. Les groupes n’ont actuellement donné aucune précision sur le futur de l’emploi.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a estimé que cette fusion produirait des aspects très positifs. L’État a en effet prêté 22 milliards d’euros lors de la crise bancaire de 2008 pour sauver Bankia de la faillite. Cette opération lui donne plus de garanties de récupérer son argent.