ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Vendredinnovation (6/10)

Vérifiez si vous êtes vraiment un voyageur vert



L’application Climobil, développée par le List, permet de comparer les émissions de gaz à effet de serre de véhicules thermiques et électriques. (Photo: Shutterstock)

L’application Climobil, développée par le List, permet de comparer les émissions de gaz à effet de serre de véhicules thermiques et électriques. (Photo: Shutterstock)

Tout au long de cet été «pas comme les autres», Paperjam vous emmène à la découverte de recherches qui vont changer notre quotidien. Si vous pensez être écolo carvous avez une voiture électrique, l’application Climobil développée par le List saura calculer l’efficacité réelle de votre véhicule.

Difficile d’abandonner la voiture au Luxembourg… Le trafic routier représente la source de pollution la plus importante, avec une contribution de l’ordre de 81% à la formation de dioxyde d’azote, selon l’Administration de l’environnement. Dès lors le gouvernement multiplie les initiatives pour que le pays roule vert: prime à l’achat d’un véhicule électrique , volonté de faire passer le parc des voitures de société au tout-électrique … Mais est-ce vraiment la solution?

«Les voitures électriques, bien qu’elles n’aient pas de pot d’échappement, génèrent également des émissions de gaz à effet de serre», avertit le Luxembourg Institute of Science and Technology (List). Elles polluent même avant même d’avoir parcouru leurs premiers kilomètres sur la route. «Les batteries contiennent des métaux rares, comme le néodyme ou le cobalt, ainsi que du graphite et du lithium, issus notamment de Chine, de République démocratique du Congo, d’Amérique du Sud et d’Australie, et leur assemblage est aussi énergivore», précise l’institut.

Les citoyens écolos, pleins de bonne volonté, se retrouvent donc face à un dilemme. Qu’a souhaité résoudre le List, en développant l’application Climobil .

L’électrique reste la gagnante

«Le but est de permettre aux utilisateurs de comprendre pourquoi, comment et dans quels cas l’électromobilité est réellement verte», explique le List. «Un deuxième objectif est de montrer dans quelles conditions les véhicules électriques peuvent être contreproductifs: par exemple, que se passe-t-il lorsque la taille de la batterie ou sa durée de vie change? Qu’en est-il des conditions hivernales qui affectent les performances de la batterie? Que se passe-t-il lorsque l’électricité est produite dans des centrales à charbon?»

Il suffit d’entrer le modèle de son véhicule, le nombre de kilomètres, le pays où il roule, puis l’ordinateur nous indique notre consommation. On peut comparer une voiture thermique avec une électrique, via la pléthore de graphiques générés par l’application. Dans la plupart des cas, la deuxième option reste, quand même, largement moins polluante.