POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Sécurité

Un seul djihadiste luxembourgeois encore en Syrie



219312.jpg

Les derniers combats pour faire définitivement chuter Daesh ont lieu à Baghouz. (Photo: Shutterstock)

Alors que le dernier bastion de Daesh en Syrie est sur le point d’être pris se pose la question du retour des djihadistes dans leur pays d’origine. Selon les ministres Asselborn et Braz, un seul Luxembourgeois serait encore présent en zone de conflit.

Le village de Baghouz est actuellement la cible d’un déluge de feu, selon plusieurs médias internationaux. Il ne fait plus guère de doute que ce qui constitue l’ultime bastion de Daesh en Syrie tombera tout prochainement entre les mains des Forces démocratiques syriennes.

Toujours au front

Suite à la déroute de Daesh, de nombreux combattants risquent de revenir dans leur pays d’origine, parfois sans que les autorités en aient été informées. Le député  Laurent Mosar  (CSV) a interrogé les ministres des Affaires étrangères,  Jean Asselborn  (LSAP), et  Félix Braz  (Déi Gréng), au sujet du seul résident luxembourgeois susceptible de se trouver en zone de combat.

Les deux ministres ont confirmé qu'à ce jour, cet individu était bel et bien toujours suspecté de se trouver sur le front. De retour, il sera «surveillé par les autorités de sécurité comme tout combattant terroriste étranger qui retourne d'une zone de conflit au Luxembourg et qui est connu des services compétents».

Le Luxembourg ne pourrait en tout cas pas refuser l'accès à son territoire à un terroriste de nationalité luxembourgeoise, «étant entendu que cette personne ferait l'objet de mesures de surveillance appropriées». Une aide consulaire pourrait éventuellement lui être fournie. Mais le Luxembourgeois combattant en Syrie pourrait, le cas échéant, faire l'objet d'un «mandat d'arrêt international et être poursuivi par les autorités judiciaires».

Selon les deux ministres, les autorités n’ont pour le moment pas connaissance d’un autre ressortissant de nationalité luxembourgeoise encore présent parmi les combattants de Daesh.