PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Finance durable

L’UE choisit le LGX pour coter sa première obligation verte



L’entrée en bourse du fonds européen durable NextGenerationEU a été célébrée au cours d’une cérémonie «Ring the Bell», au Luxembourg Stock Exchange, par Johannes Hahn, Julie Becker et Xavier Bettel. (Photo: Luxembourg Stock Exchange)

L’entrée en bourse du fonds européen durable NextGenerationEU a été célébrée au cours d’une cérémonie «Ring the Bell», au Luxembourg Stock Exchange, par Johannes Hahn, Julie Becker et Xavier Bettel. (Photo: Luxembourg Stock Exchange)

Un pas de géant vient d’être réalisé avec NextGenerationEU, fonds issu de l’UE, dont la première obligation a été cotée pour un montant de 12 milliards d’euros, ce mardi 19 octobre, au LGX. Il s’agit de la plus importante émission d’obligations vertes au monde jamais réalisée.

Johannes Hahn, commissaire européen chargé du budget et de l’administration, Xavier Bettel , Premier ministre (DP) et Julie Becker, CEO de la Bourse de Luxembourg, étaient réunis, mardi matin au Luxembourg, pour une cérémonie «Ring the Bell», traditionnellement l’occasion d’une bonne nouvelle. Cette fois, il s’agit tout simplement de la plus importante émission d’obligations durables au monde.

Nous souhaitons maintenant que le fonds NexGenerationEU aide les pays membres non seulement à la reprise, mais aussi à devenir résilients.

Johannes Hahn,  commissaire européen en charge du budget et de l’administration

Pionnière et leader mondial sur ce segment financier avec la création du Luxembourg Green Exchange (LGX), il y a cinq ans, la Bourse de Luxembourg signe ici un pacte pour l’avenir avec l’Union européenne, qui agit comme un véritable accélérateur à plusieurs niveaux. Notamment dans les ambitions de transition écologique et de lutte contre le changement climatique voulues par l’UE. Mais aussi vis-à-vis des places financières mondiales, dans le soutien et la légitimité d’investir dans la finance durable.

Par cette cotation extraordinaire d’un montant inédit de 12 milliards d’euros, l’Europe devient le premier investisseur mondial dans les fonds durables et envoie un signe fort au reste du monde en soutenant, avec NextGenerationEU, non seulement la reprise mais également la résilience et le «green new deal» des pays membres de l’UE. Cette accélération est également rendue possible grâce à la force de reprise dont l’UE a fait preuve suite à la pandémie, comme le souligne le commissaire européen Johannes Hahn: «Il y a 30 ans, cela nous aurait pris deux ans pour réagir comme il le fallait face à une crise économique. L’an dernier, cela ne nous a pris que quelques semaines. Nous souhaitons maintenant que le fonds NextGenerationEU aide les pays membres non seulement à la reprise, mais aussi à devenir résilients.»

12 mois après l’émission de la première obligation sociale de l’UE au Luxembourg, il s’agit aujourd’hui avec NextGenerationEU de la première cotation d’une série d’obligations vertes lancées par l’UE qui pourrait, dans les cinq ans à venir, atteindre 250 milliards d’euros.

«Préserver l’intégrité des marchés»

«C’est un jour de grandes premières. Nous sommes très fiers de faire partie de cette histoire essentielle. Cela montre que de plus en plus d’investisseurs sont sensibles à l’impact de leurs placements. Dans cet élan, le plus important est de préserver l’intégrité du marché. La transparence est la clé», souligne pour sa part Julie Becker. Elle a ensuite cité une estimation de Bloomberg selon laquelle «les nouvelles émissions de dettes durables pourraient atteindre les 1.000 milliards de dollars en 2021», en rappelant le rôle joué par l’UE dans ce mouvement, et le cadre légal auquel le LSE a contribué. 

Les grandes ambitions doivent être financées.
Xavier Bettel

Xavier Bettel,   Premier ministre

Dans le cadre de l’instrument NextGenerationEU, les États membres sont tenus d’affecter au moins 37% de leurs plans nationaux de relance et de résilience à des investissements et des réformes en rapport avec le climat, et de rendre compte de leurs investissements verts à la Commission européenne.

Xavier Bettel a souligné qu’au sein de l’UE, «les moyens ont été mis pour rendre l’Europe plus saine, plus verte et aussi plus numérique. Le Luxembourg a fait de la durabilité le thème principal de sa propre relance nationale», avant d’ajouter à propos de NextGenerationEU que «les grandes ambitions doivent être financées». 

Le mois dernier, la Bourse de Luxembourg célébrait les cinq ans du LGX , lequel compte aujourd’hui 1.100 obligations vertes, sociales et durables issues de 210 émetteurs provenant de 44 pays.