POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

400 contrôles, 215 amendes

Trois amendes sur quatre sont liées au couvre-feu



Si trois quarts des amendes sont liées à une violation du couvre-feu, dans près de la moitié des cas, les personnes contrôlées n’avaient rien à se reprocher. (Photo: Shutterstock)

Si trois quarts des amendes sont liées à une violation du couvre-feu, dans près de la moitié des cas, les personnes contrôlées n’avaient rien à se reprocher. (Photo: Shutterstock)

215 personnes ont été verbalisées, principalement parce qu’elles ne respectaient pas le couvre-feu, a indiqué la police luxembourgeoise, lundi soir, dans un communiqué résumant les infractions du 26 décembre au 3 janvier.

Jusqu’au 10 janvier – pour l’instant –, être contrôlé dehors, entre 21 heures et 6 heures du matin, sans «excuse» valable, coûtera 300 euros. Sur 400 personnes contrôlées, 215 ont été verbalisées entre le 26 décembre, date de la mise à jour des dispositions de la loi Covid, et le 3 janvier, indique la police luxembourgeoise dans un communiqué diffusé lundi soir .

Les trois quarts étaient en infraction par rapport aux règles sur le couvre-feu. 22 rapports portaient sur la circulation de mineurs sur la voie publique malgré l’interdiction de circuler.

Il existe une petite dizaine d’exceptions, rappelle la police, qui nécessitent toutefois que la personne contrôlée puisse en montrer la pertinence (billet d’avion, attestation de travail, etc.) :

- en vue de l’activité professionnelle, de la formation ou de l’enseignement;

- consultation médicale ou dispense de soins de santé ne pouvant être différées ou prestées à distance;

- achat de médicaments ou de produits de santé;

- motifs familiaux impérieux, pour l’assistance et les soins aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde des enfants;

- répondre à une convocation judiciaire, policière ou administrative;

- se déplacer vers ou depuis une gare ou un aéroport dans le cadre d’un voyage à l’étranger;

- déplacements liés à des transits sur le réseau autoroutier;

- besoins des animaux de compagnie dans un rayon d’un kilomètre autour du lieu de résidence;

- en cas de force majeure ou de situation de nécessité.