ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Logistique 

Transport du vaccin Covid: les aéroports se préparent



Plusieurs aéroports européens, de Francfort à Luxembourg en passant par Liège, disposent de zones réfrigérées pour conserver des vaccins. (Photo: Liege Airport)

Plusieurs aéroports européens, de Francfort à Luxembourg en passant par Liège, disposent de zones réfrigérées pour conserver des vaccins. (Photo: Liege Airport)

Au Luxembourg comme dans plusieurs autres pays, les aéroports travaillent déjà sur le transport du futur vaccin contre le Covid-19. Chacun attendant aussi plus de détails sur les besoins réels et les différentes contraintes technico-logistiques.

8.000 avions-cargos de type 747 nécessaires pour l’acheminer aux 7,8 milliards d’habitants de la planète, selon l’International Air Transport Association (IATA), une conservation qui ne peut se faire qu’entre -70 et -80°C pour celui de Pfizer ou entre -20 et 8°C pour celui de Moderna … La logistique autour du futur vaccin contre le Covid-19 nécessitera une minutieuse organisation.

En Europe, plusieurs aéroports se tiennent prêts, comme celui de Francfort, numéro 1 européen en transport de marchandises en 2018 d’après un classement d’Atlasocio . Il dispose de plus de  12.000m 2  de capacités réfrigérées . En France, les différents acteurs de la filière ont commencé à se réunir dans cette perspective à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, à l’origine du transport de plus de deux millions de tonnes de marchandises en 2018, selon RTL . Côté belge, l’aéroport de Bruxelles, ayant transporté plus de 500.000 tonnes de marchandises en 2018 et qui dispose de plus de 30.000m² d’espace à température contrôlée, a créé une taskforce dédiée avec la compagnie Air Cargo Belgium, d’après la RTBF . Dans une publication, Cargo Forwarder se demande même si celui de Liège, qui bénéficie d’une situation géographique stratégique idéale, ne  pourrait pas devenir un «hub logistique européen» dans le transport du vaccin. Il a déjà été désigné dans ce rôle par l’Organisation mondiale de la santé pour le transport de matériel médical dès les premières heures de la crise sanitaire.

Jusqu’à -20°C à Liège

Interrogé à ce sujet, le porte-parole de Liege Airport précise que «chaque aéroport, chaque compagnie aérienne cargo, chaque manutentionnaire, les agents en douane, les transitaires, les shippers se préparent, mais le challenge n’est pas encore connu précisément. Donc il faut être humble et anticiper au mieux.»

Il souligne que les manutentionnaires présents à l’aéroport liégeois sont certifiés CEIV, ce qui garantit un standard mondial en matière de réglementations internationales pour le transport de produits pharmaceutiques. Ces derniers représentent «une des ‘market niches’ de Liege Airport», relève-t-on à Liège. Au moins quatre entrepôts disposent de zones réfrigérées sur le site, chacun pouvant faire plusieurs centaines de mètres carrés et accueillir des produits périssables pour une courte durée, jusqu’à -20°C. «Pour les produits qui doivent être congelés à -80°C, ce seront sans doute les firmes pharmaceutiques qui fourniront le matériel pour le transport et seront à même de produire dans les différentes régions du monde», augure-t-on en Cité ardente.

Le terminal passagers liégeois, désert en cette période, a déjà été transformé en centre de surveillance pour le suivi des opérations de transport du vaccin, et une station de production et ravitaillement en glace sèche, opérationnelle 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24,  devrait être mise en place dans le terminal bagages.

Coopération européenne

L’aéroport de Luxembourg, avec 893.000 tonnes de marchandises transportées en 2019, n’est pas en reste. «Au Findel, la communauté du fret aérien se prépare à différents scénarios logistiques de vaccination et suit les derniers développements», annonce-t-on. «Cependant, pour le moment, il n’y a pas suffisamment d’informations disponibles sur la vaccination ni sur les besoins logistiques. Par conséquent, nous communiquerons à un stade ultérieur.» 

En rappelant quand même que «l’aéroport de Luxembourg et les différents acteurs du fret sont bien expérimentés dans le transport de marchandises sensibles à la température, telles que les denrées périssables et les produits pharmaceutiques. De plus, le centre cargo de l’aéroport de Luxembourg dispose d’un centre Pharma dédié et certifié, spécialisé dans la gestion de la chaîne du froid.»

L’opérateur du centre cargo, LuxairCargo, précise sur son site internet disposer de 3.000m² dédiés au stockage de produits pharmaceutiques, dont 818 pour le stockage «froid», entre 2 et 8°C. Il dispose aussi de solutions pour des températures plus basses, et notamment dédiées aux produits pharmaceutiques , comme déjà expliqué par Paperjam. «Un autre avantage non négligeable de l’infrastructure cargo de l’aéroport de Luxembourg est le court trajet, permettant un transfert rapide et sécurisé de marchandises, notamment de nature pharmaceutique.»

Il n’est pas question de concurrence, mais d’obligation de résultats pour toute la chaîne logistique.

Service Communication,  ,  Aéroport de Liège

À l’heure où chacun se dit prêt à transporter le vaccin, allons-nous vers une compétition entre centres de fret européens? «Luxembourg, Bruxelles, Amsterdam, Paris, Francfort, Liège… Tous les aéroports devront collaborer et il n’est pas question de concurrence, mais d’obligation de résultats pour toute la chaîne logistique», estime plutôt le porte-parole de celui de Liège. Lux-Airport, pour sa part, n’a pas souhaité répondre à cette question.

Leur rôle avait déjà été primordial pendant la première phase de la crise, notamment pour le transport des équipements de protection individuelle. Deux milliards de masques auraient transité pour la Belgique et l’Europe via Liege Airport, sans compter les respirateurs et kits de protection. Lux-Airport ne précise pas de chiffres, mais on sait que fin avril, la compagnie aérienne cargo luxembourgeoise Cargolux avait assuré la livraison de 768 tonnes de matériel médical au Luxembourg, soit l’équivalent de 10 cargos de type Boeing 747. Au total, sa flotte compte 30 Boeing 747.

Des aéroports aux compagnies

À ce niveau, le transporteur luxembourgeois confirme qu’il participera aussi à l’effort général. «La compagnie aérienne dispose d’une solution de transport dédiée aux produits pharmaceutiques et de soins de santé, CV Pharma, qui respecte pleinement les normes strictes requises, y compris pour le transport des vaccins», détaille une porte-parole. «Notre flotte de cargos Boeing 747-400 et 747-8 offre quatre zones de température contrôlées indépendamment qui permettent le transport de différents types de marchandises sur le même vol avec des températures constantes dans chaque zone. Outre les conteneurs spécialisés pour le transport de produits pharmaceutiques thermosensibles, dont les vaccins, la compagnie aérienne, en coopération avec son partenaire Dupont, a également développé une couverture thermique pour améliorer la stabilité de la température tout au long du transport.»

Mais peu de détails sont déjà livrés sur l’organisation qui prévaudra: «Des analyses sont en cours pour déterminer la faisabilité du transport et de la distribution de volumes aussi élevés. L’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, des expéditeurs aux douanes, en passant par les agents de manutention et les transporteurs, travaille ensemble pour garantir une livraison rapide et de qualité en cas de besoin. Cargolux est prêt à relever le défi et à continuer de fournir l’excellence de service qui fait sa renommée.»

Hormis les aéroports et compagnies, les États se préparent eux aussi aux efforts logistiques. La France a par exemple commandé 50 supercongélateurs pour stocker les vaccins. Le Luxembourg n’a pas encore détaillé son plan à ce sujet.