POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

travaux

Le tram et ce qu’il entraîne dans son sillage



400 mètres de la rocade de Bonnevoie pourraient passer sous terre. Un projet titanesque auquel François Bausch croit fort. (Photo: Maison Moderne/archives)

400 mètres de la rocade de Bonnevoie pourraient passer sous terre. Un projet titanesque auquel François Bausch croit fort. (Photo: Maison Moderne/archives)

Élément structurant de la nouvelle mobilité, le tram change aussi le visage de la ville. Dans son sillage, nombre de projets suivent et y contribuent.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité le dit lui-même: on ne reconnaîtra sans doute plus dans quelques semaines l’avenue de la Liberté. Le chantier du tronçon du tram entre la place de l’Étoile et la gare centrale a été l’occasion de redonner un lustre nouveau à cet endroit de la ville. «Le tram change le visage de la ville, c’est évident. Mais c’est aussi parce qu’il est entouré d’autres chantiers qui profitent de sa dynamique», explique le ministre.

Avant, je devais me battre pour convaincre que le tram serait utile. Il y a eu des oppositions fortes qui ont fait que nous avons perdu 20 ans!
François Bausch

François Bausch,  vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité

À tel point que chaque quartier de Luxembourg aimerait avoir sa ligne. «Maintenant, je passe beaucoup de temps à expliquer aux gens pourquoi il n’y a pas de tram chez eux, car la mobilité est une stratégie multimodale, et le tram n’est pas une fin en soi partout. Avant, je devais sans cesse me battre pour convaincre que le tram serait utile. Il y a eu des oppositions fortes qui ont fait que nous avons perdu 20 ans! Et même au cours de la première législature que j’ai pu vivre, quand le projet s’est concrétisé, je n’étais pas le ministre le plus populaire du pays…», se souvient-il.

Et s’il y a bien un quartier qui, bien qu’il ne sera pas directement desservi par le tram, en profitera pleinement, c’est Bonnevoie. L’ambition est grande pour cette partie de la ville. «Il y a plusieurs beaux projets qui vont se concrétiser», confie François Bausch. «Et tout d’abord celui de la nouvelle passerelle au-dessus des voies qui va remplacer celle qui est en place, peu esthétique. On va avoir quelque chose de très beau, qui sera un véritable trait d’union entre la gare et ce quartier.»

La nouvelle passerelle sera entièrement vitrée. (Photo: MDDI)

La nouvelle passerelle sera entièrement vitrée. (Photo: MDDI)

Autre chantier de taille, à côté de la gare centrale, «là où il y a les bus. Ce sera le départ de la passerelle, mais aussi une zone qui va être entièrement réaménagée.» Les travaux débuteront en septembre. 

Enfin, François Bausch veut concrétiser un chantier titanesque: l’enfouissement de la rocade de Bonnevoie . «Les études sont en cours, et je suis très optimiste. On va pouvoir analyser le financement. L’espace récupéré sera dédié aux bus, aux vélos et aux piétons. Tout sera aménagé et, entre les anciens ateliers des CFL et les bâtiments de la ville, on peut imaginer de nouveaux commerces, un hôtel…»

Parvis de la gare, passerelle, rocade de Bonnevoie, «ce sont trois éléments d’un même ensemble qui, combinés au tram, peuvent donner une impulsion totalement nouvelle au quartier».