POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pandémie

Toujours le flou autour de la stratégie de vaccination



Qui vacciner? Où? Par qui et comment? Pour le moment, la Direction de la santé ne veut rien en dire. (Photo: Shutterstock)

Qui vacciner? Où? Par qui et comment? Pour le moment, la Direction de la santé ne veut rien en dire. (Photo: Shutterstock)

Le ministère de la Santé n’a toujours pas arrêté sa stratégie en matière de vaccination. Et ne souhaite pas communiquer à son sujet. Dans les pays voisins, par contre, des décisions concrètes intermédiaires ont déjà été prises et annoncées.

On entre dans la dernière ligne droite. Le Premier ministre Xavier Bettel (DP) a annoncé ce 20 novembre, sans doute un rien trop vite, lors du Conseil de gouvernement que les premières doses de vaccin arriveraient à la mi-décembre. Et a indiqué que 45.000 doses seraient alors disponibles, en provenance de plusieurs laboratoires. De quoi vacciner 23.000 personnes.

Oui, mais comment?

Questionné une nouvelle fois par Paperjam sur les modalités pratiques de la campagne à venir, notamment sur le niveau de préparation et l’état actuel des stocks de produits annexes indispensables, comme les seringues, le ministère de la Santé se contente d’affirmer qu’«il est encore trop tôt pour répondre à ces questions». Le groupe de travail «vaccination» au sein de la cellule de crise n’a en effet pas encore rendu sa copie.

Ce n’est qu’au détour d’une question parlementaire à laquelle Paulette Lenert , ministre LSAP de la Santé, a répondu récemment que l’on en sait un peu plus sur les populations qui seront prioritaires : viendront d’abord les professionnels de santé, soit 17.000 personnes, puis les personnes âgées, soit 90.000 personnes, puis les personnes vulnérables, dont le nombre est estimé à 132.000.

Ce lundi, le premier Ministre a sobrement indiqué que «plusieurs endroits étaient prévus» pour procéder aux vaccinations, et que tous les ministres travaillaient sur ce point. 

Le gouvernement est dans l’attente du rapport du Conseil national d’éthique pour pouvoir poursuivre son travail.  «Avoir un vaccin et se laisser vacciner sont deux choses différentes», a souligné Xavier Bettel.

Allemagne, Pays-Bas, Belgique ont déjà avancé

Dans plusieurs pays voisins ou proches si la stratégie définitive n’est pas arrêtée, des décisions concrètes ont déjà été prises.

L’Allemagne, qui attend ses doses pour ce début d’année, a déjà mis en place une stratégie et a communiqué largement dessus. D’ici six à dix semaines, 60 centres dédiés seront ouverts sur le territoire avec le recours à l’armée pour assurer la logistique. Les länder ouvriront également des centres de vaccination avec le renfort des médecins traitants. Et on a constitué des stocks, notamment de seringues et d’aiguilles. La population se dit à 93% favorable à la politique du gouvernement, qui espère en retour un fort taux de vaccination.

Aux Pays-Bas, les autorités ont aussi pris les devants en commandant 25 millions d’aiguilles pour les seringues.

En Belgique, un groupe de 27 experts et conseillers est aussi à pied d’œuvre et a déjà fortement avancé dans la stratégie de vaccination.