POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pandémie

Des tests sanguins pour organiser la sortie de crise



La ministre de la Santé, Paulette Lenert, attend du déploiement des tests sanguins «une base de données fiable afin de surveiller la crise». (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne / Archives)

La ministre de la Santé, Paulette Lenert, attend du déploiement des tests sanguins «une base de données fiable afin de surveiller la crise». (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne / Archives)

Afin de déterminer la part de la population immunisée face au coronavirus, le déploiement de tests sanguins est planifié. Leur livraison est prévue la semaine prochaine. Les résultats permettront d’établir des scénarios de sortie de crise.

Le déploiement de tests sanguins pour déterminer quelle part de la population est immunisée contre le coronavirus est planifié, informait vendredi la ministre de la Santé, Paulette Lenert  (LSAP). Leur livraison est prévue pour la semaine prochaine.

Si, avec 13.738 tests effectués à la date du 27 mars, le Luxembourg est le pays qui, selon Paulette Lenert, «teste le plus au monde», cette nouvelle gamme de tests sanguins aura un objectif différent par rapport à ceux jusque-là pratiqués: celui d’organiser la stratégie de sortie de crise.

Le mode opératoire consistera à tester un échantillon de la population pour savoir quelles personnes ont été malades et sont immunisées, et lesquelles ne le sont pas. Ce qui permettra «d’avoir un aperçu complet sur notre territoire», selon la ministre de la Santé, et «d’obtenir une base de données fiable pour surveiller la crise».

Une équipe de chercheurs travaille sur le sujet. «J’attends des résultats à ce sujet à partir de la semaine prochaine», informe Paulette Lenert. «Nous pourrons alors être plus précis pour établir des scénarios qui pourraient convenir à notre pays» et «décider quand sera la bonne période pour arrêter ou diminuer les mesures».