POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Covid-19

Un test négatif n’est pas nécessaire pour revenir au travail



La contagiosité au Covid-19 d’une personne infectée n’existe plus après 10 jours, sous réserve de la disparition des symptômes à ce moment, selon la Direction de la santé. Le test peut par contre rester positif pendant plus longtemps. (Photo: Shutterstock)

La contagiosité au Covid-19 d’une personne infectée n’existe plus après 10 jours, sous réserve de la disparition des symptômes à ce moment, selon la Direction de la santé. Le test peut par contre rester positif pendant plus longtemps. (Photo: Shutterstock)

Certaines personnes testées positives au Covid-19 veulent un deuxième test pour être sûres d’être guéries. Et des entreprises réclament un tel test à leurs employés avant leur retour au travail. Pourtant, il n’est recommandé ni par la Direction de la santé, ni par la Chambre des métiers.

Si certaines personnes déclarées positives au Covid-19 choisissent d’effectuer un deuxième test à la fin de la période d’isolement pour être sûres d’être guéries, la Direction de la santé ne le recommande pas. «En général, un deuxième test après la période d’isolement de 10 jours n’est pas indiqué», assure ainsi le directeur de la santé, Jean-Claude Schmit , sollicité par Paperjam.

Pourtant, des entreprises réclament un tel test de la part de leurs employés avant de les autoriser à revenir au bureau. «C’est une problématique qui se pose dans les entreprises, certaines réclamant ce test négatif», reconnaît le responsable pour les affaires sociales et européennes de la Chambre des métiers, Marc Gross.

Si la Direction de la santé ne recommande pas de deuxième test en fin d’isolement, la raison est tout d’abord d’ordre médical: «La contagiosité d’une personne infectée est maximale juste avant l’apparition des symptômes ou avant la positivité du test et diminue rapidement par la suite», explique Jean-Claude Schmit. «Elle n’existe plus après 10 jours, sous réserve de la disparition des symptômes à ce moment. Par contre, le test peut rester positif pendant plus longtemps.»

«Contre-indiqué»

Quant aux personnes qui présenteraient encore des symptômes après 10 jours, «une consultation médicale s’impose et le médecin décidera des suites à donner», précise Jean-Claude Schmit. Des règles différentes sont par ailleurs applicables pour certains secteurs d’activité spécifiques, comme pour les hôpitaux ou le secteur des soins, prévient-il.

Un avis auquel se range la Chambre des métiers. «Nous en avons discuté et conclu que ce test négatif n’est pas recommandé aux entreprises», déclare Marc Gross. Un deuxième test serait «contre-indiqué», d’une part, du fait de l’argument médical de la Direction de la santé, d’autre part, pour éviter de saturer les laboratoires, qui sont déjà sous pression avec la hausse de la demande depuis le début de la seconde vague.

Le salarié peut refuser

Dans tous les cas, comme l’expliquait un récent article de Paperjam, un test Covid ne peut pas être imposé par les entreprises à leurs employés. «Le salarié peut le refuser, cela relève de la vie privée et de l’intégrité physique», explique ainsi Guy Castegnaro , avocat spécialisé en droit du travail.

Pour rappel, l’isolement est prescrit par la Direction de la santé pour une durée de 10 jours après le début des symptômes. Pour les personnes asymptomatiques, l’isolement commence le jour du prélèvement. Pendant cette période de confinement à domicile, tout contact doit être évité avec d’autres personnes et un masque chirurgical doit être porté chaque fois qu’elles se trouvent en présence d’autres personnes. Le non-respect d’une mesure d’isolement est puni d’une amende.