ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Inauguration

Telindus et Tango, les «jeunes mariées» de Proximus



251208.jpg

Xavier Bettel (Premier ministre), Dominique Leroy (CEO du groupe Proximus) et Gérard Hoffmann (CEO de Proximus Luxembourg) au moment de couper le ruban symbolisant l’inauguration de la «Proximus House». (Photo: Nader Ghavami)

Les deux sociétés ICT fusionnées depuis le 1er janvier dernier ont inauguré leur nouveau siège jeudi soir à Bertrange. La «Proximus House» doit réunir ces jeunes mariées au destin désormais commun.

Au moment de célébrer l’inauguration officielle du nouveau siège de Proximus Luxembourg jeudi soir à Bertrange, c’est l’historique des deux sociétés qui a été évoqué en filigrane.

En provenance de Belgique et liée à l’Arbed puis Arcelor qui en a détenu 35%, avant d’être rachetée par Belgacom – devenu Proximus – en 2006, Telindus souffle cette année ses 40 bougies dans le secteur B2B.

Tango est, quant à elle, née en tant qu’opérateur télécom alternatif en 1998, comme l’a rappelé Gérard Hoffmann , durant son intervention devant 400 invités.

«Nous resterons deux marques sur le marché», a rappelé le CEO de Proximus Luxembourg, avec la volonté de rester «la société la plus innovante au Luxembourg», en poursuivant le mouvement entamé quelques années plus tôt avec l’introduction des solutions «cloud» par Telindus et de la 4G par Tango.

Dernièrement, c’est la 5G qui était testée dans le laboratoire interne de la société qui emploie 670 personnes.

Après avoir remercié les différents convives, Gérard Hoffmann a évoqué l’évolution ICT et la politique, deux sujets liés et qui lui sont chers.

«Notre gouvernement reconnaît la place centrale de l’ICT dans l’économie et nous lui en sommes très reconnaissants», déclarait Gérard Hoffmann. «Le gouvernement veut remettre l’Europe sur la carte de l’ICT par des projets ambitieux comme le HPC récemment remporté à Luxembourg, et nous nous en félicitons. C’est dans cette course que l’Europe a encore une chance de se repositionner sur la carte.»

400 personnes étaient réunies au nouveau siège de Bertrange. (Photo: Nader Ghavami)

1 / 5

Gérard Hoffmann, CEO de Proximus Luxembourg. (Photo: Nader Ghavami)

2 / 5

Xavier Bettel (Premier ministre), Dominique Leroy (CEO du groupe Proximus) et Gérard Hoffmann (CEO de Proximus Luxembourg). (Photo: Nader Ghavami)

3 / 5

Xavier Bettel (Premier ministre). (Photo: Nader Ghavami)

4 / 5

Dominique Leroy (CEO du groupe Proximus). (Photo: Nader Ghavami)

5 / 5

Un projet de cinq ans

Envieuse de constater un tel engagement politique par exemple sur la 5G, les fintech ou la blockchain, Dominique Leroy, CEO du groupe Proximus, notait, non sans ironie, que son pays – la Belgique – n’a pas encore de gouvernement suite aux élections du 26 mai dernier.

«Votre pays est précurseur avec des initiatives qui inspirent ses voisins», déclarait Dominique Leroy. Quant au rapprochement des équipes annoncé en 2016 et devenu effectif au 1 er janvier dernier , il s’agit «d’un rêve de cinq ans» pour «créer une nouvelle structure aux fortes ambitions de croissance».

Ayant dû gérer un «plan de transformation» côté belge, qui est passé par la suppression de 1.900 postes sur trois ans, la CEO du groupe défend aussi l’embauche de nouveaux profils pour faire de Proximus un acteur intégral du digital.

Du côté de Luxembourg, la tonalité n’est pas à la réduction d’emplois, mais à la synergie au sein même du groupe.

«Dans le domaine du consommateur, nous avons plus de connaissances en Belgique dont a pu profiter Tango. Mais dans le domaine des services aux entreprises, Telindus est plus forte en ‘cloud’ ou en cybersécurité et dans certains services aux banques qui peuvent nous permettre de travailler en Belgique à partir de ces compétences», déclarait Mme Leroy lors d’une entrevue avant la cérémonie d’inauguration.

«Échanger, écouter et se comprendre»

Xavier Bettel était quant à lui attendu sur scène avec sa casquette de Premier ministre ainsi que de ministre des Communications et des Médias.

Mais il a tout d’abord rappelé qu’en qualité de bourgmestre de la capitale, il avait eu l’occasion de célébrer beaucoup de mariages, et qu’en tant qu’avocat, il avait «assuré le service après-vente». «L’important, quand on est jeunes mariés, est d’échanger, de s’écouter et de se comprendre», déclarait Xavier Bettel. En appréciant qu’il est important de pouvoir compter sur des acteurs privés engagés dans des projets communs comme le Digital Tech Fund ou la Lhoft .

L’occasion, pour le Premier ministre, d’inviter les acteurs de l’ICT à rester soudés dans l’intérêt général du pays pour «être le premier avec quelque chose qui fonctionne où chacun pourra aussi participer. Nous ne devons pas créer de fracture digitale, et chacun, dans le pays, doit profiter des améliorations technologiques.»

Malgré une différence d’âge rappelée non sans humour par Xavier Bettel, Telindus et Tango sont à présent unies sous le toit de la «Proximus House», qui doit permettre au groupe de marquer son identité.

Détenu majoritairement par l’État belge, Proximus veut visiblement donner un signal sur le marché grand-ducal en ayant pris possession de 20.000m2 à Bertrange.