POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

pandémie

Le télétravail sans limites pour les Belges



De nombreux Belges sont actuellement obligés de télétravailler. Des jours qui ne compteront pas dans le total fiscalement toléré. (Photo: Shutterstock)

De nombreux Belges sont actuellement obligés de télétravailler. Des jours qui ne compteront pas dans le total fiscalement toléré. (Photo: Shutterstock)

La Belgique et le Luxembourg ont officialisé le fait que les jours de télétravail, à partir du samedi 14 mars, ne seraient pas pris en compte dans le total de 24 jours fiscalement tolérés. Une mesure prise en raison de la pandémie de Covid-19 qui constitue un cas de force majeure.

De très nombreux travailleurs frontaliers belges sont actuellement obligés de télétravailler. Avec le risque de dépasser le seuil annuel toléré de 24 jours, après quoi ils retombent sous le régime fiscal de leur pays de résidence.

Des discussions étaient donc en cours pour «geler» le nombre de jours. C’est maintenant chose acquise. «Les autorités belges et luxembourgeoises estiment que la situation actuelle liée au coronavirus constitue un cas de force majeure, pour lequel aucun jour n’est à comptabiliser au titre de la règle des 24 jours. Dès lors, il a été décidé qu’à partir de ce samedi 14 mars 2020, la présence d’un travailleur à son domicile, notamment pour y effectuer un télétravail, ne sera pas prise en compte dans le calcul du délai de 24 jours. Cette mesure est applicable jusqu’à nouvel ordre», indique le ministère des Finances.

Côté belge, cette mesure devrait être coulée dans la note de pouvoirs spéciaux que la Première ministre déposera sous peu.